Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?
Télécharger en PDF Page lue par 2 membre(s) et 1712 affichage(s)

Histoire de vécu de Foad : 1 - origine & découverte d'une passion (Accès: Lecture : Public)

le 8 Juin 2011 par Chantal Dumont   Commentaires (0)

,

compte-rendu

Résumé: Chantal relate sa première rencontre avec la Foad. Une expérience où elle mit en place une formation à distance mixte présentielle (très peu), distance (beaucoup. Objectif: former des non utilisateurs des TIC à l'usage d'un navigateur, d'un traitement de textes, d'un tableur, auprès d'un public de niveau V+.

 

En 1999, Chantal est formatrice bureautique internet au Greta du Mont des Lyonnais, on lui confie la gestion d'un projet Foad. Elle n'a jamais pratiqué ce genre de formation auparavant. La formation se déroule en milieu rural, en centre de ressources. L'objectif de la formation est de réduire la fracture numérique en milieu rural. Malgré le prix attractif peu de personnes sont intéressées, seulement trois, la formation à distance pour des néophytes en informatique fait peur. Le cursus démarre par du présentiel, la formation se déroule plutôt bien, mais deux personnes ont énormément de difficultés ; il faut démystifier l'outil. A distance, sont prévues des séances synchrones en visioconférence, aucun personnel technique n'est présent, c'est donc aux stagiaires de démarrer l'outil lors des rendez-vous distantiels.

Les communications inter séances se font par mail, les stagiaires éprouvent de grandes difficultés pour se servir de la messagerie. Ils sont en centre de ressources, ils s'entraident au mieux. Très vite, la formation est ingérable, les stagiaires se découragent et envisagent de quitter la formation. Rapidement,  une autre organisation est mise en place. Un emploi jeune accompagnera les stagiaires lors des séances en présentiel et synchrone. Dès lors, la formation a pu poursuivre son but. L'accompagnateur dédouanait les apprenants de tous les problèmes techniques, sa présence rassurante a permis l'aboutissement de ce parcours.

Parallèlement, une autre formation avait été mise en place auprès d'un public de jeunes en difficulté, suivant un parcours de formation professionnel. Nous sommes toujours en 1999, la maîtrise des technologies n'est pas intégrée, même pour les jeunes adultes. L'objectif du cursus consiste à leur apprendre à naviguer sur internet et à se servir d'un traitement de textes. Ce public très indiscipliné n'adhère pas à la formation, il faut donc trouver des éléments de motivation. Ce sont des jeunes hommes de 17/18 ans, Chantal tente plusieurs approches, la musique qui fonctionnera pour certains, le sport, n'a pas beaucoup d'écho. Elle se reporte bon gré mal gré aux émissions de télévision et là trouve un élément de motivation : secret Story (à son grand damne). En définitive, peu importe, le résultat est là, ils suivront leur formation et atteindront leurs objectifs.

A l'issue de ces deux premières expériences en Foad, Chantal s'est rendu compte que la Foad nécessitait de tout formaliser. Les contraintes et ressources nécessaires devaient être bien identifiées, l'approche pédagogique était réellement différente de la pratique présentielle. Les communications écrites sont également un facteur important, dans leur régularité temporelle, dans leur précision, dans l'expression langagière.

En définitive, ce sont à la fois les difficultés rencontrées, l'aspect novateur, le défi que représentent la mise en oeuvre de ce type de formation qui motiveront Chantal à poursuivre un cursus universitaire. C'est ainsi, qu'à l'issue de cette formation, elle suivra un DESS UTICEF, puis un DEA et s'engagera dans un doctorat durant 4 ans.