Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?
Conception et mise en oeuvre d'outils et de services numériques - Accompagnement technique et support du réseau FormaVia

Blog de Florian Daniel

Mise en place d'un système de visioconférence et autres outils d'échange à distance en synchrone (Accès: Lecture : Public)

le 19 Janvier 2012 par Florian Daniel   Commentaires (0)

Mettre en place des visioconférences avec une multitude de fonctionnalités et en grand groupe peut être très pratique dans le cadre de formations ou d'autres activités à distance. Mais tout cela a égénralement un coût, que ce soit en moyens financiers, humains, techniques, qui limitent en pratique ce type d'expériences aux grandes organisations, ou à de tout petits groupes. Dans le cadre de la mise en place des "Visoconf" de FormaVia, un petit retour sur une série d'outils qui ont retenu mon attention.

 

Les Conciergeries du Jeudi avaient permis de tester le concept, qui a plu, d'organiser de petites sessions de "micro-formations" et petits rendez-vous d'entraide, d'échange d'expérience et de présentation de foncitonnalités ou de services web. Ces rendez-vous intitalement prévus via un service en ligne de visioconférence sans inscription, ont en pratique principalement utilisé le logiciel Skype, et quelquefois des conférences téléphoniques.

Je ne reviens pas sur ces outils qui ont leur intérêt, le principe des visioconférences qui seront mises en place dans le cadre du C2i2e étant cette fois de pouvoir enregistrer et rediffuser les petites conférences animées par des intervenants variés.

Cette contrainte d'enregistrement vise à capitaliser les présentations faites par les intervenants, comme élément de leur propre dossier de preuve le cas échéant, et toujours comme un moyen d'offrir ces explications à un public plus large, ou hors des horaires de diffusion en "direct".

Un certain nombre d'autres contraintes plus ou moins importantes ont été intégrées dans le cadre de la recherche de solutions ad&quates pour ce projet :

Rappel des contraintes :

  • enregistrement de la vidéo+son - impératif
  • multiplateforme : PC/Mac/Linux - impératif
  • diffusion en temps réel ou en différé
  • diffusion de sa vidéo ou de son écran (idéalement, aussi de présentations ou possibilité de changer en temps réel)
  • chat texte et si possible audio en temps réel pour le groupe participant
  • éviter de devoir créer un compte pour participer (il faudra tout de même un compte pour le présentateur)
  • éviter d'installer quoi que ce soit autant que possible
  • si possible également depuis mobile/tablettes

Malheureusement, rares sont les outils qui répondent positvement à plusieurs de ces critères..

 

Dans un premier temps, afin de disposer rapidement de quelque chose d'opérationnel, le parti-pris est d'utiliser plusieurs outils indépendants, reliés via une page sur FormaVia.
On y intègre dans un tout premier temps :

  • Ustream pour la diffusion vidéo depuis une webcam (streaming ou différé) - seul le présentateur doit créer un compte
  • Typewithme pour la prise de notes collaboratives et le chat
  • screen-o-matic pour l'enregistrement de screencast (pour diffusion en différé- la diffusion des vidéos pré-enregistrées peut être faite via un service de partage de vidéo)
  • channel.me pour de la "co-navigation", très pratique quoique encore limité en terme de fonctionnalités

Les pages de présentation et d'explication sont encore en plein chantier, mais c'est déjà fonctionnel !

Pour autant, cela n'intègre pas encore l'outil d'audio-chat - qui n'est toutefois pas l'objectif premier de ces conférences en ligne.

 

D'autres outils sont en cours de tests et d'évaluation,parmi lesquels EVO, qui m'intéresse depuis longtemps mais ne me semblait pas suffisament simple d'utilisation lors de mes précédents tests. Opensource, écrit en java donc utilisable sur tous types de machines (enfin, théoriquement), ce logiciel est principalement utilsé par les communuautés scientifique (CERN en particulier) et universitaire. EVO offre des possibilités de chat et visioconférence en grand groupe, avec des  passerelles vers le téléphone, la possibilité d'enregistrer les conférences, partage de fichiers, partage d'écran, diffusion de vidéo, modération, et quelques autres choses intéressantes dont le fait qu'il ne nécessite pas d'installation. Ce petit miracle en terme de fonctionnalités présente toutefois quelques inconvénients : outre la nécessité de créer un compte, l'on s'expose à des rpoblèmes insurmontables dès lors que la machine virtuelle java n'est pas suffisament stable ou nécessite une mise à jour.

 

Un autre outil prometteur : BigBlueButton. Toujouèrs opensource, c'est avec OpenMeetings une solution assez largement utilisée, mais qui nécessite de disposer d'un serveur ave des ressources non négligeables - à réserver donc dans le cas où l'on dispose de temps et de ressources pour le mettre en place.

 

Deux bonnes surprises aussi, via un pearltrees de Marylin Richard :

  • du côté de Google+, qui permet de combiner visioconférence et outils collaboratifs de la suite Google. Malheureusement, les "bulles vidéos" ne sont pas accessibles sans compte Google, ce qui peut être rédhibitoire ;
  • et avec le service LiveMinutes.com, qui propose un système de partage de présentations et documents avec tableau blanc collaboratif, et permet d'exporter les "actes" (présentations et dessins) en un PDF à l'issue de la session, très bon et simple d'usage, même si l'audio et la vidéo ne sont pas au top comparativement à d'autres outils.

 

Pour le moment tout cela se construit sur la page http://communautes.formavia.fr/mod/formavia/visioconference.php qui accueillera une interface vers les outils finalement retenus.

L'idée est de coupler cela avec le système d'événements et d'agenda de la plateforme pour qu'un intervenant puisse aisément choisir les outils dont il souhiate se servir, et puisse les proposer aisément aux participants.

 

A suivre !

 

Open data et données publiques ouvertes : de quoi s'agit-il ? (Accès: Lecture : Public)

le 5 Décembre 2011 par Florian Daniel   Commentaires (0)

, , , , , , , ,

Alors que la question des "open data" et des "données publiques ouvertes" (ou PSI pour Public Sector Information) intéresse de plus en plus organisations et citoyens, et à l'heure où de nombreuses collectivités réfléchissent à la meilleure manière d'ouvrir leurs données*, profitons de l'inauguration de la plateforme "Etalab" en ce 5 décembre pour aborder cette question via une série de ressources en ligne.

* le droit de réutilisation libre et inconditionnel des données publiques (telles que définies dans la loi de 1978) est devenu une obligation légale depuis le 1er janvier 2011.

 

En ce jour inaugural pour "data.gouv.fr", commençons par la présentation du portail national des données publiques ouvertes (si le terme d'open data ne vous évoque rien, je vous invite à consulter d'abord les ressources suivantes, plus didactiques) :



S. Naudet présente data.gouv.fr par etalab

 

Thot Cursus profite de l'occasion pour nous proposer un dossier sur le sujet "open data" : abordé sous l'angle du rapprochement avec le mouvement pour "la connaissance libre", celui-ci décrypte les notions de l'"open data", et fait le lien avec le secteur de la formation et les ressources libres - dont les Creative Commons souvent abordées ici sont l'une des incarnations.

 

Le rapprochement avec la questions de citoyenneté a fait l'objet de plusieurs publications dans le cadre du cycle d'événements "Démocratie en réseaux" sur la thématique "Open Data et société civile" http://democratie-en-reseaux.net/thematique-open-data-et-societe-civile/

 

La question de l'ouverture des données publiques avait été abordée sous l'angle de la gouvernance et des initiatives publiques dans le cadre de la conférence Open Data Garage organisée à Marseille cet été 2011 : retrouvez le programme, et les présentations de la journée sur http://opendatagarage.org/pg/cmspages/read/minutes

 

On ne manquera pas de faire également le parallèle avec le mouvement "opensource", comparaison riche qui permet notamment d'introduire les questions de formats des données et d'interopérabilité des systèmes d'informations - questions qui se posent dès lors que l'on souhaite réutiliser et plus encore diffuser des données ouvertes.

Plus généralement, la question de l'ouverture ("openess") constituait le thème de la conférence fOSSa organisée par Inria à Lyon en octobre 2011, avec une approche plus technique cette fois : toutes les présentations sont librement accessibles en ligne via http://fossa.inria.fr/program/openness/

 

Vous trouverez également une riche source d'informations et de débats autour des questions d'ouverture des données :

 

Evolution de l'annuaire et cartographie (Accès: Lecture : Public)

le 13 Avril 2011 par Florian Daniel   Commentaires (1)

, ,

En parallèle des projets menés en ce moment, l'évolution du site continue, et en particulier autour de l'annuaire.

 

Incitation à compléter son profil

Afin de susciter le renseignement des profils, une alerte a été mise en place sur la page d'accueil, afin de signaler quelques champs utiles à renseigner dans le cadre de FormaVia. Il s'agit pour le moment d'informations relativement "génériques" (organisation, fonction, photo de profil), mais cela pourra évoluer progressivement.

 

Cartographie

Le site s'enrichit également de fonctionnalités cartographiques. Celles-ci ne concernent pour le moment que les membres et les groupes, quoique cela puisse être très rapidement mis en place pour tous types de contenus.

Si la cartographie avait été signalée comme un besoin fort en ce qui concerne les membres du site, dans le cadre de l'annuaire, cette fonctionnalité est seulement expérimentale pour les groupes. Nous verrons à l'usage si cela se justifie ou non (pour le moment, les groupes sont davantage thématiques que localisés, aussi l'intérêt en est-il limité).

La géolocalisation d'autres types de publications (par exemple billets de blogs ou marque-pages) est à l'étude, non pas par difficulté technique, mais parce que cela devrait être construit en fonction des besoins pour que la fonctionnalité proposée corresponde à des usages intéressants. Ainsi l'idée de géolocaliser des "projets" semble-t-elle intéressante, toutefois ce type de publication n'existant pas en tant que tel, cela doit être défini au préalable. La géolocalisaiton des groupes devrait permettre de tester cette hypothèse.

Page d'exemples et de démonstration :

Note : ces pages servent à tester et concevoir le rendu des fonctionnalités cartographiques avant leur intégration, mais les fonctionnalités "réelles" se retrouve(ro)nt quant à elles directement intégré dans le site, comme l'annuaire, ou d'autres pages à venir.


L'annuaire et la carte des membres

L'annuaire comprend désormais une partie "carte des membres", qui permet de visualiser sur une carte les membres du réseau.

Toutefois seuls les membres qui ont renseigné cette information en choisissant une position géographique dans leur profil apparaissent sur la carte : celle-ci est encore bien vide lors de la rédaction de cet article, mais cela ne devrait pas tarder à évoluer.

Pour renseigner votre position géographique dans votre profil :

  1. rendez-vous sur la page d'édition de votre profil (via le menu Mon portfolio > Ma page de profil, puis Modifier le profil),
  2. l'option "Localisation géographique" s'appelle désormais "Lieux", et conserve les informations que vous y aviez renseigné ; cliquez sur le  lien "Choisir la position sur la carte" que vous trouverez immédiatement après, sous l'intitulé "Géolocalisation",
  3. dans la carte qui apparaît, vous pouvez choisir votre position géographique en cliquant sur la carte à l'emplacement souhaité ; plusieurs possibilités s'offrent à vous :
    • si vous aviez déjà renseigné une adresse ou une ville, celle-ci est chargée automatiquement ;
    • si vous aviez déjà renseigné plusieurs lieux ou adresses, seul le premier est pris en compte (avec plus ou moins de bonheur), vous pouvez affiner la position ou changer si vous souhaitez ;
    • si vous n'aviez pas précisé cette information,
      • vous pouvez centrer la carte sur la ville ou l'adresse de votre choix en saisissant son nom puis en cliquant sur le premier bouton "Y aller",
      • vous pouvez également utiliser les outils de la carte pour zoomer ou afficher une zone plus large et choisir l'emplacement de votre choix,
      • une fois l'emplacement recherché repéré, cliquez simplement sur la carte pour placer un marqueur, puis Enregsitrer pour confirmer cettte position,
  4. si l'emplacement vous convient, vous n'avez plus qu'à cliquer sur Enregistrer pour confirmer cette position, ou Annuler pour ne rien modifier,
  5. terminez et enregsitrez les modifications de votre profil en cliquant sur Enregistrer

Votre position apparaît alors dans votre profil sous la forme d'un lien Voir sur la carte: en cliquant dessus, la carte s'ouvre avec un marqueur à l'emplacement que vous avez choisi.

Dès lors, votre profil apparaît sur la carte des membres.

La géolocalisation de votre profil rend également possibles les recherches par proximité géographique.

 

Cartes embarquables sur votre page personnelle

Vous avez également la possibilité d'ajouter un widget "Google map" à votre profil. Pour cela :

  1. rendez-vous sur votre page de profil (via le menu Mon portfolio > Ma page de profil),
  2. cliquez sur Organiser les modules de cette page afin d'accéder à la mise en page de votre profil,
  3. faites glisser le module "Carte" vers l'une des trois colonnes de votre page de profil, à l'emplacement souhaité, puis cliquez sur Enregistrer pour valider vos modifications, et attendez le rechargement la page,
  4. le module "Carte" apparaît alors à l'endroit souhaité : cliquez sur Modifier pour modifier les paramètres de ce module : comme pour le profil, choisissez la position souhaitée sur la carte, et enregistrez vos modifications,
  5. il se peut que la nouvelle carte ne s'affiche qu'après un rechargement de la page. SI vous le souhaitez, vous pouvez ajouter plusieurs cartes à votre profil.

Spam et modération sur FormaVia (Accès: Lecture : Public)

le 10 Février 2011 par Florian Daniel   Commentaires (0)

, , ,

Comme vous l'avez sans doute remarqué, FormaVia subit régulièrement des attaques de spams. Celles-ci ont pris diverses formes et évoluent régulièrement, et les méthodes de lutte contre ces messages non sollicités se doivent d'évoluer également. Suite à l'une de ces attaques un peu plus désagréable que les précédentes, voici une courte présentation des diverses méthodes antispam utilisée sur FormaVia.
 
Tout l'art d'un réseau vivant est de savoir s'ouvrir et rester ouvert, quand cette ouverture peut également être source de nuisances. C'est l'un des écueils habituellement cachés de FormaVia, dévoilé en guise d'excuse explicative pour les derniers spams reçus.

 

Sur le Portail

..le spam concerne essentiellement des articles et commentaires ajoutés par des robots ; dans la mesure où les commentaires peuvent être publiés sans disposer d'un compte, un double système de protection  est utilisé :

  • vérification d'une adresse web (URL), mais surtout envoi d'une notification aux animateurs du réseau afin de vérifier le contenu publié, et intervenir le cas échéant ;
    la création d'un contenu nécessite quant à elle de disposer d'un compte sur le site ;
  • la création de "faux" compte est limitée par la vérification des adresses mails (via un lien qui doit être utilisé pour valider le compte), mais fort heureusement, ce type de spam qui était assez important en 2008 et 2009 semble au plus bas depuis 2010.

Dans l'ensemble, le spam sur le Portail a surtout consisté en des commentaires publics externes (ne provenant pas de membres du site) effectué par des robots : le simple fait que la publication ne soit pas possible sans disposer d'un compte rend le site assez peu "attractif" pour ce type de spam, d'autant que le wiki de FormaVia dispose de nombreuses fonctionnalités peu classiques qui compliquent la tâche de ces robots (les commentaires ou l'éditeur visuel, entre autres, ne font pas partie des fonctionnalités classiques de la plateforme "Mediawiki" utilisée).

Un point important - car c'est une question récurrente au sujet de l'animation de réseaux - : à ce jour, nous n'avons pas rencontré de contenus litigieux publié par des membres du réseau, et l'on peut considérer que si les tâches d'naimation et d'antispam sont bien réelles, il n'y a presque jamais eu besoin de modération au sens propre.

 

Sur la plateforme sociale

..la situation est bien plus délicate : les réseaux sociaux sont devenus des cibles très intéressantes pour les spammeurs, qui ne se privent pas de développer des outils toujours plus efficaces pour automatiser leurs campagnes de spam sur ces médias privilégiés et bien référencés..

Certaines mesures sont en place depuis le début : vérification des adresses mails, et impossibilité de publier sans disposer d'un compte sur le site ; cela ne suffit malheureusement pas.

Evolution des types de spams

Les premiers spams rencontrés ici provenaient de "faux" comptes, qui publiaient essentiellement des articles de blog en anglais, avec un texte dans lequel étaient intercalés de nombreux liens publicitaires. Le nombre d'articles publiés évolue entre 3 (au début) et une vingtaine, provenant généralement tous d'un ou deux "faux comptes" : la suppression du compte entraînant la suppression des contenus créés, ces utilisateurs sont supprimés et le site rentre dans l'ordre rapidement.

Cela a ensuite évolué avec des articles plus soignés, qui posaient de véritables cas d'école, car les noms des auteurs n'avaient rien de suspicieux, et que leur contenu étaient adaptés au contexte du réseau ; parmi les nombreux indices qui permettent de déterminer si un compte relève d'une campagne de spam, ceux-cien présentaient très peu, seul l'examen détaillé des articles pouvait faire apparaître un lien ou deux soit dans le texte, soit dans le profil.

Il subsiste certainement encore quelques comptes de ce type, car tous les comptes créés ne sont pas actifs : ceux qui n'ont absolument rien publié ne peuvent pas objectivment être considérés comme "spam", et sont conservés.

Toutefois une vérification est faite régulièrement, via les notifications du système (les mails qui ne parviennent jamais à leur destinataire nous reviennent en retour d'erreur, et suggèrent que l'adresse utilisée n'existe pas, ce qui peut être vérifié en contactant directement la personne le cas échéant).

Certains des nouveaux comptes créés tentaient de créer des groupes (mais une protection avait été mise en place avant que cela se produise, via la modération a priori de la création de nouveaux groupes).
Sont apparus plus récemment (septembre 2010) les comptes qui ne publiaient apparemment rien, sauf des liens sur leur page de profil, ou via leur nom affiché sur le site. Ces "faux" comptes sont par contre créés en grand nombre (jusqu'à une vingtaine par jour en octobre). Ils se repèrent assez aisément du fait de leurs noms "à rallonge" contenant, typiquement, des noms de "médicaments" ou de jeux vidéos..

Des origines variables

On notera au passage que les thématiques et les sources de spams évoluent : sur la plateforme, on est ainsi passé d'un spam provenant de comptes chinois et concernant fréquemment "wow" (world of warcraft, un jeu vidéo massivement multijoueur, qui soulève des questions d'économie parallèle plusieurs fois évoquées en 2009 et 2010 dans la presse française - cf. "gold farming"), ainsi que des marques de montres, sacs et vêtements.
Peu de spammeurs concernant les rencontres en lignes et autres services de "dating", mais cela semble rester un "fond de commerce" régulier, mais non massif.

Actuellement le spam semble plutôt provenir de spammeurs nord-américains, mais ce n'est qu'une tendance et une partie provient également de Russie et d'Europe de l'Est, sans compter que l'on retrouve toujours plusieurs des types de spams évoqués précédemment.

Des attaques génantes et désagréables, mais sans danger

Globalement, si les spams rencontrés sur FormaVia sont des contenus non sollicités, nous n'avons pas identifié d'attaques correspondant à du "phishing" (qui consiste à soutirer des mots de passe et accès bancaires -ou autres- sous divers prétextes), ou à des formes plus graves de spam, ce qui est plutôt rassurant.

Il est par contre nouveau que les comptes créés soient réellement "actifs", et cherchent à se mettre en contact avec d'autres membres, ou à publier sur leurs "Murs" ou à leur envoyer des messages directs comme cela a été le cas aujourd'hui.

Des protections en évolution constante

Les protections en place sur la plateforme sociale sont de plusieurs types :

  • pas de publication sans disposer d'un compte,
  • vérification des adresses mail,
  • protection contre certains robots de spams (technique dite "honeypot", depuis le 13 janvier 2011),
  • et vérification régulière des publications et des nouveaux comptes créés par l'équipe d'animation.

 

En conclusion..

Toute la difficulté consiste à déterminer ce qui caractérise un "spam" : on s'appuie pour cela soit sur des modes d'action des robots (qui peuvent alors être modélisés et dont le traitement peut être automatisé), soit sur les contenus (mais cela reste une appréciation nécessitant une intervention humaine car cela peut êetre assez délicat à déterminer), soit via d'autres méthodes de modération a priori, ou dépendant d'actions réalisées sur la plateforme.

Avec la recrudescence des spams et l'évolution des formes depuis cette rentrée 2011, de nouveaux mécanismes antispam ont été mis en place, nécessitant une validation manuelle des comptes, mais sans non plus compliquer inutilement le processus d'inscription : FormaVia s'enrichit de son ouverture au monde, et il n'est pas question de se couper de cela, mais seulement de réduire l'exposition au spam des membres qui font la richesse de ce réseau, et de le garder opérationnel pour tous.

 

Amélioration continue du site, et mise en place de l'annuaire des membres (Accès: Lecture : Public)

le 10 Février 2011 par Florian Daniel   Commentaires (0)

, ,

Beaucoup de petits changements se succèdent depuis la rentrée 2011, sans que cela soit forcément visible à première vue : cet article fait le point sur les dernières évolutions importantes, et sollicite vos retours sur l'outil d'annuaire qui a été récemment mis en place, afin qu'il colle véritablement à vos besoins.

 

Suite à plusieurs attaques de spam, dont une particulièrement désagréable en janvier 2011, deux outils complémentaires ont été mis en place afin de lutter contre ces pratiques qui nuisent tant à l'usage qu'à l'image du réseau : l'un "piège" les robots qui créent automatiquement des comptes de spam, l'autre impose une validation manuelle des comptes, et envoie un mail aux administrateurs à cet effet.

Plusieurs petites évolutions ont été apportées au fil de l'eau pour mettre en valeur certains éléments de l'interface : les flux RSS, le signalement des contenus litigieux, un peu de couleurs pour mieux distinguer les différents espaces, la recherche et les formulaires en général.

Une nouvelle fonctionnalité permet aux gestionnaires des groupes de gérer les membres inscrits (et les retirer du groupe si besoin).

Suite à plusieurs remarques en ce sens, les "pages collaboratives", qui correspondent à unne fonctionnalité "wiki", s'appelent désormais "Wikis" : chacun peut créer un wiki personnel ou dans un groupe, et organiser plusieurs pages wiki à l'intérieur.

 

Un annuaire pour mieux se connaître

Une forte demande d'un annuaire était ressortie de la rencontre du réseau de novembre 2010. Cette fonctionnalité est d'autant plus importante pour une plateforme de ce type que tous les membres ne se connaissent pas. Cette tend à s'accentuer avec la diversification de profils et des usages au fur et à mesure que de nouvelles personnes rejoignent le réseau.

L'annuaire est alors un outil permettant d'identifier des personnes comme importante pour les projets des uns et des autres, mais cela ne suffit pas si l'on ne dispose que d'un nom d'utilsateur, ou du seul nom de ses contacts potentiels.

Il s'appuie donc avant tout sur les profils des utilisateurs : ceux-ci doivent comporter un minimum d'informations utiles, outre le nom des membres, pour permettre de trouver qui est localisé à proximité, qui travaille sur des sujets proches, met en place ou suit la même formaiton, oeuvre dans le même secteur, etc.

La mise en place de cet annuaire, qui évoluera encore largement selon vos retours, est faite en plusieurs étapes :

  1. nouveaux champs de profils, permettant de mieux qualifier les profils des uns et des autres ;
  2. une nouvelle interface de recherche, plus pertinente dans ses résultats, et qui propose une "recherche simple" et une "recherche avancée",
    • vous accédez directement à cette recherche via le menu "Mon réseau", ou dans le menu déroulant "Annuaire - Recherche",
    • les autres rubriques de l'annuaire sont maintenant regroupées via un système d'onglets : membres connectés, contacts, tous les membres, et recherche,
    • la recherche avancée permet d'effectuer des recherches sur chacun des champs du profil des membres (dans le respect des droits d'accès définis par chacun) ;
  3. mise en place d'un système de suggestions, qui se base sur vos contacts et vos groupes pour proposer des personnes que vous connaissez peut-être ;
  4. des tests en cours afin d'intégrer à terme une dimension cartographique dans les recherches.

 

En parallèle, la recherche sur le site a évolué, et permet maintenant d'effectuer des recherches en mode plein texte (fulltext), ce qui devrait faciliter l'accès aux contenus dans le site.

 

Je vous invite à nous faire part de vos premières remarques sur ces évolutions et en particulier cet annuaire, notamment sur les champs du profil :

  • faut-il en ajouter, lesquels ?
  • lesquels souhaitez-vous retrouver dans la recherche avancée ?

Repérage dans le site : Fil d'Ariane (Accès: Lecture : Public)

le 25 Novembre 2010 par Florian Daniel   Commentaires (0)

, , ,

évolution du site, faq

Suite aux échanges et retours sur le site lors de la réunion du 8 novembre dernier, un "Fil d'Ariane" vient d'être mis en place sur le site.

Encore imparfait, il apparaît pour le moment juste sous le logo FormaVia, en haut à gauche de la page, et vous indique quel chemin emprunter pour retrouver la page que vous consultez.

Tous les niveaux de liens ne sont pas cliquables (et n'ont pas nécessairement vocation à le devenir tous), et cette nouvelle fonctionnalité va probablement légèrement évoluer dans les prochaines semaines, en fonction de vos retours.

Modifications de la Connexion au site (Accès: Lecture : Public)

le 19 Octobre 2010 par Florian Daniel   Commentaires (0)

évolution du site

Suite au signalement de problèmes de connexion avec Internet Explorer versions 6 et 7, la connexion au site a été légèrement modifiée pour fonctionner correctement avec ces navigateurs.

 

Par ailleurs, une amélioration a été apportée lors de la connexion au site, qui conserve maintenant l'adresse de la page que vous visitiez, et vous redirige vers cette page après connexion au site (au lieu de la page d'accueil).

 

OpenOffice.org, OOo4kids et OOLight - des versions pour l'éducation et la formation ? (Accès: Lecture : Public)

le 8 Octobre 2010 par Florian Daniel   Commentaires (0)

, , , , , ,

OpenOffice est une suite bureautique équivalente et compatible avec Office de Microsoft, libre et gratuite, et indépendant de toute plateforme (écrit en Java, il fonctionne aussi bien sous PC, Mac ou Linux).

Projet initialement porté par Sun (société à l'origine de la plateforme Java, qui permet de créer des applications indépendante de tout système d'exploitation), la communauté OpenOffice.org s'est étoffée et diversifiée au fil des années, pour proposer les outils bureautiques classiques :

  • traitement de texte (Writer),
  • tableur (Calc),
  • présentations (Impress),
  • dessins et schémas (Draw),
  • éditeur de formules mathématiques (Math)
  • et gestion de bases de données (Base).

Ces outils utilisent OpenDocument, "un format ouvert de données pour les applications bureautiques : traitements de texte, tableurs, présentations, diagrammes, dessins et base de données bureautique. OpenDocument est la désignation d'usage d'une norme dont l'appellation officielle est OASIS Open Document Format for Office Applications, également abrégée par le sigle ODF." (Wikipédia : OpenDocument).

Ils permettent généralement de lire, et selon les cas de créer des documents dans des formats "propriétaires", et en particulier ceux produits par Microsoft Office, facilitant l'échange entre ces systèmes, ainsi que la migration de l'un vers l'autre.

L'objet de ce article n'est pas de détailler le fonctionnement d'une communauté opensource, toutefois l'actualité récente (en ce début octobre 2010) ne peut être omise, puisque la communauté OpenOffice.org s'autonomise pour reprendre le projet, rebaptisé LibreOffice. La nouvelle communauté prend ainsi le nom de The Document Foundation et est à cette date en cours de réorganisation (lire à ce sujet http://www.zdnet.fr/actualites/openofficeorg-et-oracle-divorcent-officiellement-39754919.htm), sans que cela remette en cause les nombreux projets afférents.

 

Les projets autour d'OpenOffice/LibreOffice

Parmi les nombreux projets autour du logiciel, citons notamment :

  • le tout jeune projet Education francophone (lire la présentation détaillée), qui vise (à cette date) à :
    • fournir un espace pour les utilisateurs d'OpenOffice.org, dans le contexte de l'enseignement : discussions à propos de comment adapter OpenOffice.org à votre pédagogie, vos besoins ( tous les niveaux du système éducatif sont concernés) ;
    • fournir et promouvoir des outils adaptés à la pédagogie et l'enseignement, autour du logiciel OpenOffice.org ;
    • écrire du code ensemble : nous pouvons vous apprendre tout ce que nous savons sur le code source d'OpenOffice.org et comment ajouter votre code : foncez ! Si vous êtes professeur, nous pouvons également vous apporter une aide substantielle si vous souhaitez intégrer la programmation sur OpenOffice.org dans vos cours, TD ou projets étudiants.
  • OOo4kids, un projet qui vise à proposer une version plus simple d'utilisation, mieux adaptée aux jeunes enfants.

 

  • OOoLight est né dans la foulée d'OOo4kids : "lors de la présentation d'Ooo4kids, plusieurs personnes furent intéressées par le logiciel, mais souhaitaient une version comparable destinée aux adultes. Ce sera l'un des chantiers d'EducOOo pour la fin de l'année 2010 et l'année 2011."
    • le logiciel est en téléchargement sur la page http://download.ooo4kids.org/fr/node/1112 (version francophone) et http://download.ooo4kids.org/en/pre-version-ooolight-en (version anglophone).
    • Tests :
      OOoLight regroupe Writer (traitement de texte), Calc (tableur), Impress (présentations), Draw (dessins et schémas) et Math (éditeur de formules mathématiques.
      Les logiciels apparaissent tout de suite moins "chargés", avec des menus plus réduits, des icônes plus larges et moins de fonctionnalités visibles, ce qui contribue à donner l'impression d'un espace de travail épuré. Il est toutefois possible, au fur et à mesure de la prise en main, d'ajouter de nouvelles fonctionnalités et des barres d'outils supplémentaires ou personnalisées.
      Le temps de chargement est notoirement plus rapide qu'avec OpenOffice, ce qui le rend déjà plus agréable pour la simple lecture, ou des modifications simples.
      Une solution prometteuse pour ne pas se noyer dans la multitude de menus et fonctionnalités des suites bureautiques complètes.
    • A ce stade (8 oct. 2010), OOoLight n'est encore disponible pour toutes les plateformes qu'en version anglophone (une version francophone est disponible pour Linux).

 

Liens

Connexion et inscription au site (Accès: Lecture : Public)

le 20 Août 2010 par Florian Daniel   Commentaires (0)

, ,

évolution du site, faq

Quelques modifications ont été apportées au formulaire de connexion et d'inscription au site.

Jusqu'ici, plusieurs zones différentes permettaient de se connecter au site : depuis la page d'accueil, et depuis la barre de menu supérieure via un bloc relativement encombrant.

Afin de simplifier l'interface, ces deux zones sont maintenant regroupées en une seule, plus compacte, située en haut à droite dans la barre de menu. Les formulaires s'affichent en cliquant sur les liens correspondant.

Pour les navigateurs qui n'utilisent pas javascript, une version "noscript" renvoie sur une page de connexion, ou d'inscription le cas échéant.

En cas de problème de connexion, merci de me contacter directement en précisant le navigateur utilisé et le problème ou message d'erreur rencontré.

Mention des droits d'accès à chaque type de contenu (Accès: Lecture : Public)

le 28 Juin 2010 par Florian Daniel   Commentaires (0)

, , ,

évolution du site, réseau social, actualité, faq

Une nouvelle indication est apparue sur chaque événement, sujet de forum, article de blog, page collaborative et signets (ou marque-pages), qui précise qui a accès à tel ou tel contenu.

Cette indication n'est pour le moment donnéée qu'en lecture, mais les pages collaboratives devraient voir apparaître la même fonctionnalité prochainement.

Les droits d'accès et leur fonctionnement sont présentés dans le Guide de démarrage, rubrique Droits d'accès.