Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?

Avril 2010

Internet et patisserie (Accès: Lecture : Public)

le 29 Avril 2010 par François Duport   Commentaires (0)

culture numérique, ingénierie pédagogique

"Dans 10 ans, l'enseignant qui n'aura pas encore trouvé le moyen d'utiliser les TIC pour personnaliser l'apprentissage sera... sans emploi" lance  @ppoulin sur Twitter. Et des gens répondent. Non, ça sera encore plus rapide...  Cela se passe au Quèbec. Et puis, c'est la formaton initiale. Mais cela laisse songeur. D'autant que par rebond des retours d'expériences interpellent. 

- A la Rochelle, on twitte en classe. Bénéfices, les timides intervienent et l'orthographe s'améliore.... Savez-vous que 140 caractères, c'est le texte d'une carte postale ?

- Facebook en classe de patisserie, à Laval, cela stimule stimuler leur passion pour leur métier... Au dernière nouvelle Facebook, avec 400 millions d'utilisateurs, est le troisième pays le plus peuplé au monde derrière la Chine et l'Inde.

- Au collège de Sèvres (Hauts-de-Seine), l’utilisation des nouvelles technologies est presque généralisée. Dans cet établissement de près de mille élèves, tous les enseignants ont un Notebook (petit ordinateur portable) en prêt. "Pour que l’école française rattrape son retard, il faut d’abord intéresser et équiper les professeurs", estime-t-il. "Les Tice facilitent l’évolution des pratiques enseignantes, constate Franck Dubois, professeur de technologie. Le professeur ne se cantonne plus au rôle de transmetteur de savoirs, il est plus actif et rend les élèves plus dynamiques."

Dans tous les cas, les technologies sont embarquées dans un scénario pédagogique. C'est un moyen, mais qui demande un préalable : une éducation au média. Une éducation aux médias qui doit aller au-delà d’une formation aux seuls usages des TIC et s’inscrire dans les sept compétences : compréhension, critique, créativité, citoyenneté, consommation, communication interculturelle, conflit.

On revient toujours à la compétence qui se résume bien par ce schéma qui idenique clairement qu'une compétence est toujours contextualisée. 

 

En clair, nous sommes tous concernés. Et vous , qu'en pensez-vous ? Connaissez vous votre niveau de compétences numériques ? Vous pouvez vous tester ici...

Produire, utiliser et diffuser des contenus numériques pour l’apprentissage et l’enseignement. Pourquoi et comment ? (Accès: Lecture : Public)

le 22 Avril 2010 par François Duport   Commentaires (0)

,

Projets, réseau social

En février 2010 se tenait un colloque dont l'organisationet la production ont permis de dégager de nombreuses questions et projets. La méthode est un cheminement qui pourrait inspirer le prochain FormaCamp. Par translation, le sujet s'adapte très bien au mon de la formation tout au long de la vie. Voici le déroulé en image donc de ce colloque sur  L'utilisation de contenus numériques pour l'enseignement et l'apprentissage :

Le rapport permet de comprendre le foisonnement des échanges de façon linéaire. Qu'en pensez-vous ?

Biens communs, biens publics (Accès: Lecture : Public)

le 15 Avril 2010 par François Duport   Commentaires (0)

,

La notion de  biens communs fait débat et s'étend désormais aux biens publics.

Pour mémoire, voici la défintion de Wikipédia en matière des biens communs : Le bien commun est un bien accessible à tous les membres d'une communauté ; chacun peut l'employer ou le consommer sans que les autres membres puissent l'en empêcher, chacun peut l'endommager ; le bien commun est limité en quantité.

Cela peut vite devenir une tragédie quand il n'y a pas une bonne gestion collective de la ressource. En effet l'accès libre à une ressource limitée mène à l'épuisement de celle-ci. Mais les biens communs ont une toute autre valeur quand ils sont numériques. il sont copiables, mixables, modifiables, améliorables  à l'infini.

Deux événements montrent que cette démarche concerne aussi les biens publics :

Le blog de Philippe Aigrain relate : "La signature d’un accord de partenariat entre la Bibliothèque de Nationale de France et l’association Wikimédia France est une excellente nouvelle. 1400 livres en français du domaine public disponibles en format texte dans Gallica vont être insérés dans WikiSource. Les internautes pourront corriger les inévitables erreurs de transcription par reconnaissance optique de caractères.".... Cela ressemble fort à de l'intelligence distribuée

Parrallélement, le ministère de la Justice crée une licence «information publique librement réutilisable». Celle-ci permet de "certifier la qualification juridique  d’ « information publique » au sens du droit français" et "précise(r) les conditions juridiques de réutilisation des informations publiques". Si le logo de cette licence IP rappelle fortement celui des licences CC, c'est volontaire, puisque comme l'indique la présentation détaillée de la nouvelle licence, elle est mise à disposition «selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France» (CC by-sa). L'aricle expliquant est .

Ce mouvement des données ouvertes est mondial. "Avec un marché estimé à 27 milliards d’euros en Europe, la réutilisation des informations publiques représente un enjeu essentiel pour le développement de l’économie numérique et de la connaissance. Les récents développements de nouveaux services pour mobiles ou en matière de systèmes de navigation embarqués réalisés à partir de données publiques soulignent l’intérêt de cette matière première pour le développement de nouvelles activités économiques", comme l'explique le site Village-Justice.

Quels impacts pour la formation en général et la formation continue en particulier ? Dans le cadre d'un service public régional de formation, on pourrait considéer que certaines ressources pédagogiques soient libres d'accès et réintéprétables ; ou encore que l'offre de formation puisse être utilisée par des opérateurs privés en vue d'une valorisation de celle-ci... Autre piste, construire l'offre de formation de demain à partir de sources éparses structurées ou non sous la forme d'une cartographie dynamique. Bref, la seule limite reste notre imagination. Mais remt sérieusement en compte les notions de propriété exlusive.

Des grandes écoles comme des universités distribuent leurs cours sous licence Creative Commons, Des membres de l'éducation font de même. Sans nul doute, ce mouvement va prochainement touché la formation continue. Il existe déjà de exemples. La question à se poser est de savoir comment développer des modèles économiques profitables à tous. A savoir maintenant à quel rythme  le changement va avoir lieu ? Qu'en pensez-vous ?