Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?

Blog de François Duport

Culture numérique pour la formation (Accès: Lecture : Public)

le 8 Janvier 2010 par François Duport   Commentaires (0)

,

culture numérique

Sebastien Paquet est professeur à Montréal. Lui et une une petite ont produit une ressource rare et réutilisable à l'infini :

Le cours "INF 6107 - Le web social"

"Il est conçu de façon à vous permettre de vous approprier à la fois la maîtrise des outils (blogues, wikis, réseaux sociaux, etc.) et des pratiques associées au web social. Il vise en également à vous donner une emprise sur certaines notions des sciences sociales qui permettent de comprendre et d'interpréter les comportements des usagers du web social dans le contexte plus large de la société de l'information et du savoir.

Le cours comporte neuf modules (dont un préliminaire et facultatif) et cinq activités notées, lesquels demanderont au total environ 135 heures de travail. Il exigera de vous que vous travailliez de façon visible sur l'internet public et/ou dans des espaces partagés avec d'autres étudiants sur le web.

La totalité du cours est disponible sur ce site Web, sous le contrat Creative Commons Paternité 2.5. Ceci signifie que vous pouvez en réutiliser le contenu ailleurs, à la condition de citer le titre du cours et d'inclure un lien vers la page où vous avez emprunté du contenu."

Rien n'oblige à tout faire. Mais l'essentiel est là. Un façon comme une autre d'apprendre l'essentiel en quelques clics.

Read/write : L'usage du web social améliore la maitrise de l'écrit chez les enfants (Accès: Lecture : Public)

le 18 Décembre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

réseau social, Actualité, culture numérique

Selon une étude récente faite sur un échantillon d'environ 3000 enfants, ceux qui chattent, tiennent un blog et utilisent des sites sociaux comme Facebook ont de meilleurs résultats et maitrisent mieux l'écriture que ceux qui n'utilisent pas le web social.

Lire la suite sur le blog read/write

Qu'en pensez-vous ? Est ce que cela pourrait avoir le même impact dans la formation continue ?

Réflexions (Accès: Lecture : Public)

le 16 Décembre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

, ,

Ingénierie pédagogique, culture numérique, Ressources, réseau social

Apprend on mieux avec les réseaux ? Je crois que la question ne se pose pas en ces termes. Les réseaux sont devenus omniprésent et ne pas apprendre avec les réseaux revient à exlure l'individu de la construction sociale actuelle. Quelques réflexions sur mes pratiques.

Réseaux humains ou réseaux techniques

A chaque rencontre physique d'acteurs, mon réseau social via les réseaux techniques se renforce. Le virtuel se superpose au réél. Il y a deux mecanismes. Le premier tient du niveau de confiance qui s'organise quand on échange entre acteurs. Le second tient à la réputation par effet de visibilité. Sur twitter, je ne fait que des RT... C'est-à-dire que j'utilise ce service comme un espace de veille en faisant le tri sur les sujets qui m'intéressent. De ce fait, les acteurs qui s'intéressent au même sujet me suivent. Et les liens entre les acteurs se densifient. J'ai fait l'expérience visuelle de ce renforcement à partir de mes contacts sur facebook. Le maillage est dense pour les acteurs ayant une forte présence sur le web. Les liens sociaux sont donc forts. Tout cela se cultive. Et surtout, il m'a permis de d'avoir confiance en moi. Parce que la confiance se renforce par les échanges entre ces acteurs. De l'individualisme collectif en quelque sorte !

Recherche et signal

Mon travail nécessite une veille permanente. Mais je constate que je ne peux pas suivre tous les sujets. Je dois faire des choix et organiser un temps atomisé ou atomic learning. On apprend tout le temps en cherchant par hasard avec ses effets de serendipité et on crée des liens entre des idées éloignées. Mais il y a en permanence le besoin de trier, d'annoter, d'organiser sa veille. Le schéma de Guitef est assez parlant parce qu'il montre les boucles itératives entre les informations et la discussion nécessaire pour maturer une idée.

 

Le temps court de l'immediateté sert de percolateur au temps long de la réflexion. J'apprend

Démarche collaborative

Il n'y a pas une démarche mais une posture et des pratiques. On reste souvent à la porte de la collaboration par peur. Peur du jugement, peur des commentaires et de la critique, peur de la perte de maitrise. La posture est une sorte de "laché prise". Jouer collectif, c'est accepter de perdre un peu pour gagner plus. Mais cet posture n'est pas naturelle. Pourtant la construction d'une idée à plusieurs permet d'appréhender la complexité. 

Il y a de la générosité dans ces pratiques. Un côté utopique aussi. L'école hors les murs est un bon exemple. Mais ces utopies bousculent les montagnes de l'organisation industrielle.

Transparence et processus ouvert

En juillet, j'ai participé à la rencontre Lift09. La question centrale était les processus ouvert. Et du besoin de construire ensemble. C'est-à-dire d'une certaine manière de dépasser la barrière de la propriété. Par translation, toute une série de questions s'impose.  ESt ce que l'apprentissage est collectif ou individuel ? Est ce que l'apprentissage est ouvert ou fermé ? Est ce que l'apprentissage fonctionne sur des contenus propriétaire ou sur une base de biens communs ?

Je viens de lire l'introduction du livre la traduction française de La Richesse des réseaux de Yochaï Benkler, ce spécialiste des sciences politiques, professeur à la Harvard University, codirecteur du Centre Berkman pour l'internet et la société dont voici un extrait : "Nous observons les premiers signes de l'émergence d'un écosystème d'innovation, reposant à la fois sur le financement public, les organismes à but non lucratif traditionnels, et le tout nouveau secteur de la production collaborative, qui permet de promouvoir le développement humain grâce à des initiatives collectives, dans les pays riches comme dans les pays pauvres."

Nous sommes sans doute à un point de bascule. Et vous, qu'en pensez-vous ?

Tsage de Twitter en formation (Accès: Lecture : Public)

le 14 Décembre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

, ,

Ingénierie pédagogique, Ressources, Outils

Découvert ce matin sur mon compte twitter :

L'expérience Twitter avec les étudiants de Master SID de l'UFR IDIST a pris fin la semaine dernière... Pour mémoire, pendant un trimestre nous avons utilisé Twitter comme système de prise de notes, chaque semaine pendant des exposés. La contrainte pour ceux qui animaient l'exposé, outre la diffusion de leur présentation dans le blog Internet2010, ils devaient récupérer également les Twitts diffusés et les inclure dans le blog. L'ensemble du programme et de la démarche est précisé dans le making-off d'Internet2010.

Lire la suite sur ce retour d'expérience sur le blog de Z'ed...

Découvrir le mind mapping (Accès: Lecture : Public)

le 10 Novembre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

Ingénierie pédagogique, Outils

La découverte est une suite de hasards organisés. On me demandait ce matin à quoi servait le principe de mind mapping et puis une connaissance me renvoie vers une de ses productions :

Portfolio réflexif d'étudiants

Courants pédagogiques

Dans la première carte, on comprend bien les potentialités en terme de démarche du ePortfolio

Dans la seconde carte, j'ai beaucoup aimé les outils informatiques associés à chaque courant pédagogique. Cela donne bien une idées des différentes dimmensions des formes d'apprentissage. Et cela laisse à sa place l'outil. Comme un moyen et non une fin en soit.

Et puis, par la même occasion, c'est un bon moyen de découvrir les principes de MindMapping. Qu'est ce que ça vous inspire comme usage dans le contexte de la formaion continue ?

Google lutte contre l'illettrisme (Accès: Lecture : Public)

le 3 Novembre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

,

trouvé sur le blog de Jean-Luc Raymond 

"Initiative originale s'inscrivant dans le cadre de la politique de responsabilité sociale de l'entreprise, Google propose désormais en français un site de ressources “Initiative contre l'illettrisme” intégré au service Google Scholar (offre de recherche de travaux universitaires).

Initiative contre l'illettrisme est un bloc de ressources aggrégé en partenariat, entre autres, avec l'UNESCO et l'Agence Nationale de Lutte Contre l'Illettrisme (France)."

La suite ici

Pourquoi et comment créer un réseau social en ligne pour mon territoire ? (Accès: Lecture : Public)

le 3 Novembre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

,

réseau social, Territoires

C'est à cette question difficile ( "Pourquoi et comment créer un réseau social en ligne pour mon territoire") que s'est attelé, Loic Haÿ, dans une présentation délivrée fin septembre 2009 à Rennes dans le cadre des Rencontres Nationales communication et technologies nouvelles.

 

Bye-bye école du 17e siècle ! (Accès: Lecture : Public)

le 3 Novembre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

, ,

culture numérique, Ingénierie pédagogique

La vague technologique est puissante. D'ici quelques années, elle aura tellement transformé une génération que les élèves pourraient ne plus trouver intéressantes ni l'école privée ni l'école publique. Charlemagne, ce roi franc qui a créé une école adaptée à son époque, aurait-il imaginé une école différente s'il avait vécu à l'ère d'Internet ? Y a-t-il dans la salle un Charlemagne de notre temps ?

La conclusion de cet article me fait penser à l'expérience de l'école mutuelle dont voici l'explication tirée de wikipédia :

Jusque là, les méthodes d'enseignement étaient restées très traditionnelles, à l'instar des règles dites de la "méthode simultanée" édictées dès 1684 par Jean-Baptiste de la Salle pour les Frères des écoles chrétiennes : division par niveau, place fixe et individuelle, discipline stricte, travail répétitif et simultané surveillé par un maître inflexible. Pour faire fonctionner ce système organisé, un personnel important et des locaux adaptés sont nécessaires.

Dans l'école mutuelle, l'organisation est totalement différente : un seul maître est nécessaire pour faire fonctionner une école jusqu'aux limites d'ordre architectural concernant la capacité d'accueil du bâtiment (jusqu'à plus de 800 élèves). Ce système peut fonctionner à plusieurs étages, avec des moniteurs généraux, des moniteurs intermédiaires etc., jusqu'au niveau le plus bas des élèves débutants, tout le monde apprenant à son niveau et enseignant au niveau inférieur. Ainsi «Un enfant y trouve par définition toujours une place qui correspond à son niveau ... Les moniteurs ne sont que provisoirement les premiers dans le précédent exercice de la même matière », [1] et non pas les meilleurs élèves ou les plus âgés comme il sera de règle par la suite.

Le maître unique, juché sur son pupitre commande toute cette organisation, les élèves étant installés sur de longs pupitres mobiles, organisés en configuration variables suivant les matières et les groupes de niveau. La méthode introduit une innovation capitale : l'apprentissage concomitant de la lecture et de l'écriture, et fait appel à des outils pédagogiques encore peu usités, comme l'ardoise qui économise le papier ou les tableaux muraux autour desquels les groupes font cercle au moment prescrit.

Cette pédagogie active et coopérative fonctionne assez bien et permet d'apprendre à lire et à écrire en deux ans, au lieu des cinq ou six ans requis dans l'enseignement reposant sur la méthode des Frères. Dans les années qui suivent la révolution de 1830, plus de 2 000 écoles mutuelles existent, principalement dans les villes, en concurrence avec les écoles confessionnelles. En 1828, un ministère de l'Instruction publique est créé. En 1833, François Guizot, ministre de Louis-Philippe Ier, promeut une nouvelle loi visant à organiser l'éducation primaire, et à contrôler la formation des maîtres par la création d'écoles normales. Il tranche aussi, sur les méthodes pédagogiques, pour l'enseignement simultané des écoles Lasalliennes, au détriment de l'enseignement mutuel qui dès lors entame un recul qui le mène en quelques années à la marginalisation.

Comme quoi, la technologie réinjecte des idées anciennes et repose la question du comment enseigner dans un monde où l'innovation est permanente. L'autre chose intéressante est l'impact de l'architecture comme environnement d'apprentissage. Ce n'est pas tant de faire renterr l'ordinateur dans la pédagogie que d'organiser des espaces d'échanges, de débat, de co-construction... Le choix d'un modèle d'école et/ou d'enseignement est aussi une réponse politique. L'une des critiques importantes de l'école mutuelle fut de produire des esprits indépendants et critiques. Or, au XIXeme siècle, l'entreprise est une organisation basée sur le modèle militaire.

Le modèle de l'école mutuelle est une organisation en réseau, transversale.

Lorfolio, un portfeuille de compétences numériques (Accès: Lecture : Public)

le 30 Octobre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

culture numérique, Actualité, Communautés de pratiques, réseau social

La Lorraine va lancer en 2010 un «portefeuille numérique de compétences» devant permettre aux salariés et aux demandeurs d'emploi de valoriser leurs «parcours de vie» lors d'un recrutement.

 

Ce Lorfolio, présenté comme une première en France par ses promoteurs, pourra être rempli par chaque Lorrain avec son curriculum vitae, ses certificats, ses attestations, ses acquis de formation et ses réalisations et projets professionnels et personnels», a expliqué Joseph Bruno, directeur de l'insertion professionnelle à la Région.
«Il s'agit de rassembler, dans un dossier évolutif disponible sur l'internet, les compétences acquises dans les domaines personnel, social et professionnel de tout un chacun », a précisé M. Bruno.
Le dossier, «auquel la Commission nationale de l'informatique et des libertés a donné son aval », «pourra contenir des textes écrits, des productions artistiques, des fichiers sonores et visuels, et des réalisations individuelles ou collectives », a-t-il ajouté.

Qu'en pensez vous ? Quels bénéfices pour les apprenants mais aussi pour les OF ou acteurs de l'orientation ? Est ce que cela ne serait pas un moyen pour organiser le mille-feuille de la formation continue par une démarche transversale ?

 

 

Intervention grenoble (Accès: Lecture : Public)

le 19 Octobre 2009 par François Duport   Commentaires (0)

, ,

Ingénierie pédagogique, culture numérique, Projets, Communautés de pratiques

Voici la carte utilisée lors de mon intervention, elle synthètise les principaux points abordés. Vous pouvez cliquer sur les liens et vous faire votre propre opinion en naviguant entre les différents éléments d'information. Bonne découverte.

 

http://www.mindomo.com/view.htm?m=53be6e56f62842c2b069304ee39fee85