Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?

Blog de Lydie Roumeas

La formation IDECLIC* création d'entreprise et le B2I adulte (Accès: Lecture : Public)

le 4 Décembre 2011 par Lydie Roumeas   Commentaires (0)

, ,

doc de travail, projets, culture numérique, ingénierie pédagogique

* IDECLIC formation est une action de formation financée par le Fonds social Européen et la Région Rhône-alpes

Contexte

Pendant la phase de constitution de mon dossier EMAEVAL et suite aux différents échanges sur le référentiel, lors des réunions de travail de la phase Pionnier du C2I2E formateur, nous avons beaucoup échangé sur le domaine de compétences B4 "Mise en oeuvre de démarches d'évaluation" et en particulier sur la compétence B4.1 "Identifier les compétences des référentiels TIC (B2I adulte, B2I école, collège et lycée, C2I licence, C2I préofessionnel) mises en oeuvre dans une situation de formation proposées aux apprenants". Le sujet était de savoir comment "prouver" que nous avions cette compétence, en tant que formateur.

Nous avons finalement pris conscience (en particulier lors de notre dernière rencontre le 23/11/2011 à l'IUFM de Villeurbanne), qu'il ne s'agissait pas simplement de lister les référentiels existant et de mettre des liens vers les sites institutionnels les décrivants.

Il s'agit certes d'identifier ces compétences (et donc connaître les référentiels existant), non pas pour les lister et faire savoir que nous connaissions ces réferentiels, mais pour savoir répérer et analyser quelle compétence (et de quel référentiel) nous mettions en oeuvre dans nos formations.

J'ai donc parcouru les référentiels qui me semblait pouvoir être ceux mis en oeuvre dans le cadre de la formation IDECLIC (les B2I et C2I niveau 1) et à ce jour le B2I adultes est celui qui semble correspondre le plus.


Les compétences du B2I adulte dans la formation IDECLIC création d'entreprise

Rappel du référentiel B2I adulte (18 compétences réparties en 5 domaines), source EDUCSOL : http://eduscol.education.fr/dossier/b2ic2i/b2i-adultes

Le référentiel est paru au BO n° 21 du 27 mai 2010.

Circulaire n° 2010-065 du 12-5-2010

18 compétences réparties en 5 domaines

 

D1. Environnement informatique

Objectif : Maîtriser les concepts et fonctions de base d’un poste informatique, l’utiliser dans un contexte de réseaux.

Capacités
1. Utiliser le vocabulaire spécifique et maîtriser les éléments matériels et logiciels de base

2. Gérer et organiser les fichiers, identifier leurs propriétés et caractéristiques

3. Organiser, personnaliser et gérer un environnement informatique

4. Se connecter et s'identifier sur différents types de réseau

D2. Attitude citoyenne

Objectif : Adopter une attitude citoyenne dans la société de l’information.

Capacités

1. Respecter les règles d'usage, connaître les dangers liés aux réseaux et aux échanges de données

2. Respecter les droits et obligations relatifs à l'utilisation de l'informatique et d'internet

3. Protéger les informations concernant sa personne et ses données

4. Prendre part à la société de l'information dans ses dimensions administratives et citoyennes

D3. Traitement et Production

Objectif : Réaliser un document numérique.

Capacités
1. Concevoir un document/td>

2. Mettre en œuvre les fonctionnalités de base d'outils permettant le traitement de texte, de nombres, d'images et de sons

3. Réaliser un document composite.

4. Recherche de l'information

D4. Recherche de l’information

Objectif : Construire une démarche de recherche et évaluer l’information.

Capacités

1. Concevoir une démarche de recherche d'information et la mettre en œuvre

2.  Identifier et organiser les informations

3. Évaluer la qualité et la pertinence de l'information

4. Réaliser une veille informationnelle

D5. Communication

Objectif : Communiquer, échanger, collaborer en réseau.

Capacités

1. Utiliser l'outil de communication adapté au besoin

2. Échanger et diffuser des documents numériques

3. Collaborer en réseau

 

Dans le parcours IDECLIC que nous proposons sur l'ensemble des 3 sites (Vienne, Villeurbanne et Rive de Gier), la compétence numérique et plus précisément les compétences du B2I adultes, sont mises en œuvre dans des modules dédiés à la compétence numérique « module TIC », dans la plupart des autres modules de façon transversale et dans l’organisation même de la formation

Modules « TIC »

- Bureautique 14h : ce module se découpe en 2 journée, 7h d'initiation à WORD et 7h d'initiation à EXCEL. Les adeptes du logiciel libre (dont je suis également paradoxalement) bondiront certainement, mais je soutiens clairement le choix d'utiliser WORD et EXCEL. Ils restent pour le moment les logiciels de référence; pour WORD je n'ai à ce jour pas réussit à retrouver toutes les fonctionnalités dans un logiciel aussi intuitif.

Initiation Word : utilisation simple d'un logiciel de traitement de texte avec comme fil conducteur la rédaction du plan d'affaire (définition des styles, des titres, sommaire automatique, insertion d'image, de tableau, publipostage) permettant de présenter le projet au différents interlocuteurs (financement principalement, mais aussi franchiseur, fournisseurs ...) => compétences D3.1, D3.2 et D3.3 du B2I adulte

Initiation Excel : utilisation simple d'un tableur, pour la réalisation du prévisionnel (PREVI’CLIC), mais aussi pour préparer les futurs tableaux de bords de l'entreprise => compétences D3.1 et D3.2

- NTIC 7h : au cours desquels ils apprennent les bonnes pratiques de l'utilisation : d'un ordinateur (présentation d'un ordinateur, utiliser un logiciel, créer un dossier, enregistrer un fichier ...), d'internet (explorateur, messagerie), des moteurs de recherches => Domaine D1

- NTIC / réseaux sociaux 7h : au cours desquels ils apprennent les bonnes pratiques de l'utilisation des réseaux sociaux (atelier Réseaux sociaux : définition, présentation, organisation, utilisation et vigilance) => Domaine D1 et compétences D2.1, D2.2, D2.3 et D2.4

- Plan d’action commercial (atelier 7h) : Connaissance et mise en place d'outils marketing numériques dans l’entreprise : atelier site web, site E-Commerce => domaine D5 et compétences D2.1 et D2.2

Modules « non TIC » :

Au cours des différents modules et pour avancer dans leur projet, les stagiaires vont effectuer des actions nécessitant de mobiliser certaines compétences du B2I adultes :

-        Recherche et veille sur internet dans le cadre de l'étude de marché,

-        Analyse du marché et de sa réglementation

-        Analyse des besoins des clients au travers d’une enquête

-        Analyse de la concurrence

-        Diagnostic local d'implantation,

-        Utilisation des sites de références (APCE, WIKIPEDIA, INSEE, INFOGREFFE, revue fiduciaire ...),

-        Recherche de prix

-        Recherche de fournisseurs

-        Formulaires CERFA nécessaires à l’immatriculation (M0, TNS, CERFA) ou à la gestion administrative de l’entreprise (CA12, CA3, DCR …)

Un des objectifs de la formation étant de mener l’étude de faisabilité complète de leur projet, il est indispensable pour chacun d’entre eux de construire une démarche de recherche et d’évaluation de l’information => Domaine D4

Organisation pédagogique :

 

La première demi-journée de la formation est consacrée à présenter le cadre de la formation (inscription, financement, droits et obligations de chacun), le règlement intérieur … avec en particulier l’adhésion au principe de confidentialité sur les projets de création d’entreprise de leurs collègues de formation => Domaine D2

 

L'utilisation d'une messagerie internet (se créer un mail, envoyer et réceptionner des mails), pour d'une part la communication au cours de la formation, préparant ainsi ceux qui ne sont pas des habitués pour un usage professionnel ultérieur. => Compétences D5.1 et D5.2

 

Connaissance et utilisation d'outils numérique : avec l’utilisation du stockage des cours et du partage de données sur l'extranet EFFI-K (compétence D5.2 et D5.3), l’organisation d'enquête en ligne avec Google docs (compétence D5.1), campagne d'e-mailing (publipostage dans le cours d'initiation WORD et dans l'atelier E-mailing (compétence D5.1 et D5.2) => domaine D5

 

Conclusion :

Cette analyse n’est pas exhaustive, elle résulte d’une première ébauche menée dans le cadre de ma participation à la phase pionnier du C2I2E. Elle permet toutefois de se rendre compte rapidement que ce parcours de formation fait appel aux 18 compétences du B2I adultes.

 

Lors de la réunion FORMAVIA du 15/12/2011 à Dardilly, un atelier s’est déroulé sur le thème du B2I adultes. Le propos de nos échanges était bien sur le début d’un questionnement des acteurs (organisme de formation et institutionnel) sur la possibilité qui pourrait s’offrir aux stagiaires, de valider tout ou partie du B2I adultes lors d’une formation.

 

Réunion de bureau du CCEIR par SKYPE - une expérience pour limiter ses déplacements tout en étant "présent" dans une réunion (Accès: Lecture : Public)

le 1 Août 2011 par Lydie Roumeas   Commentaires (0)

outils

Contexte :

Le CCEIR (Club des créateurs et entrepreneurs de l'Isère Rhodanienne), est une association à destination des porteurs de projet de création d'entreprise et des créateurs. Les objectifs : informer régulièrement les membres autour de thématique qui les préoccupe, rompre l'isolement du chef d'entreprise, partager des expériences et des réseaux.

Je suis membre du bureau depuis plusieurs années.

Le bureau se réunit habituellement une fois par mois. Lors de l'élection du nouveau bureau fin mai 2011, il a été décidé 3 réunions de bureau en l'espace d'un mois, entre autre pour traiter rapidement les résultats d'une enquète qui venait d'être menait, mais aussi pour faciliter la mise en route du nouveau bureau.

Certains avaient déjà des engagements prévus et comme toujours lorsqu'il faut réunir une plusieur personnes, trouver une date qui convienne à tous s'est avéré impossible.

Lors de la réunion de bureau du 6 juillet 2011, ne pouvant pas être présente physiquement dans les horaires fixés, j'ai donc proposé d'assister à la réunion du bureau à distance.

Il est à noter que cela n'avait jamais été fait auparavant et que le travail à distance n'est pas dans les habitudes de la plupart des membres du bureau (bien que beaucoup utilise régulièrement skype pour leur communication).

Toute une aventure !

Préparation :

Nous avions le choix entre SKYPE ou www.libre-en-cam.fr.

Le choix s'est porté sur SKYPE pour 2 raisons :

- Une seule personne à distance, donc la visioconférence pouvait se faire par SKYPE.

- la plupart des membres du bureau avait déjà un identifiant SKYPE et l'avait déjà utilisé.

La présidente s'est assurée qu'il y ait bien une connection internet wifi suffisante pour que la visioconférence se déroule bien.

Déroulement :

La réunion s'est déroulée intégralement avec les membres du bureau physiquement présent au lieu prévu pour la réunion et pour ma part à distance, dans mon bureau connectée sur SKYPE.

Lorsque cela s'est avéré nécessaire, j'ai utilisé l'outil de partage d'écran. J'ai pu ainsi leur présenter le Groupe CCEIR sur Formavia, puisque leur accès n'était pas encore effectif.

Retour d'expérience :

Le bilan de cette réunion est pour moi très positif :

  • Le fait d'être à distance n'a pas fait perdre de temps sur le déroulemen, puisque la réunion s'est terminé à l'heure prévue et tous les points ont pu être traités
  • Cela a permis d'économiser un déplacement et donc aussi du temps, des émissions du CO2...
  • Cela a permis à certains membres du bureau de découvrir l'outil et/ou certaines fonctionnalités (partage d'écran, messages instantannés ...)

Peut-être un peu moins convivial que d'autre bureau, peut-être à cause de la nouveauté technique ou du manque d'habitude ?

La présidente, m'a pourtant fait part, lorsque je me suis à nouveau trouvé devant une impossibilité à rejoindre physiquement le lieu de la réunion de bureau, qu'ils ne préférait pas reproduire l'expérience (soit on peut être là physiquement, soit on est pas là).

Je n'ai pas à ce jour creusé les raisons précises et il serait intéressant de le faire, pour comprendre les freins à ce mode de travail et les éléments à améliorer.

 

Mise en place et lancement du groupe CCEIR sous ELGG (Accès: Lecture : Public)

le 1 Août 2011 par Lydie Roumeas   Commentaires (0)

culture numérique, compte-rendu

 

Objectif du groupe :

Le CCEIR (Club des Créateurs et Entrepreneurs de l'Isère Rhodanienne) est une association d'entrepreneurs orienté plus spécifiquement vers les jeunes chef d'entreprises et porteurs de projet. Composée d'une cinquantaine de membres, elle oeuvre à lutter contre la solitude du jeune chef d'entreprise et favoriser son intégration dans le réseau local, en lui proposant : des réunions à thèmes, des visites d'entreprises, des soirées contact, des soirées conviviales et interclub d'entrepreneurs.

Lors du dernier Conseil d'administration, un nouveau bureau a été élu et l'une de ses premières actions a été la réalisation d'une enquète pour mieux appréhender : qui sont les membres (profil), quel avis ont-ils sur le Club, quelles sont leurs besoins et leurs attentes.

Faisant partie des pionniers de la mise en place de la certification C2I2E et élue au bureau comme vice-présidente, j'ai vu là une occasion de mettre en place un groupe restreint pour le travail du bureau, accessible à chaque membre du bureau. C'est aussi un moyen de faire découvrir et promouvoir les outils disponibles grâce aux TIC, de travailler aux méthodes pour en faciliter l'accès et l'usage, d'avoir un retour d'expérience d'utilisateurs ayant une culture numérique différente. 

Ce groupe (espace sur Internet) restreint (n'y ont accès que les "membres" autorisés), soit les membres du bureau (pour le moment), a pour objectif d'ouvrir un espace permettant un travail collaboratif, synchrone (toutes les modifications sont faites en direct) et accessible à distance.

Fini les échanges de mail où l'on oubli les pièces jointes, où un tel n'arrive pas à les ouvrir, les documents que l'on mets en place et l'on ne sait plus à quelles versions on en est ...

Membres du groupe :

Ce groupe restreint est dédié au travail du bureau et des commissions. Ainsi l'accès est donné aux membres du bureau (Présidente, Vice-président et vice-présidente, secrétaire, trésorier) et aux membres des 3 commissions de travail.

Mise en place du groupe :

Suite à l'enquète réalisée entre le 15 mai et le 15 juin, et après avoir dépouillé les résultats, 3 commissions de travail, animée par un membre du bureau et avec la participation active de membres du Club, ont été mise en place. Elles travaillent à adapter le Club et son organisation aux besoins et attentes des membres et de la plateforme RPI (plateforme d'initiative locale pour les prêt d'honneurs) avec laquelle elle collabore étroitement.

La mise en place du Groupe CCEIR dans Formavia,

permet aux membres du bureau et aux commissions :

  • Dans le FORUM : d'avoir en direct les compte-rendu de réunion de bureau, ou autre
  • Dans le BLOG : d'échanger sur le bureau, son fonctionnement, son organisation, l'actualité
  • D'ouvrir des WIKI : d'élaborer des documents et de voir au fur et à mesure les modifications apporté par chacun. Egalement de créer un wiki par commission de travail pour que chacun est accès en direct au travail des autres groupes
  • Un agenda des évènements (réunions de bureau, réunion du Club, réunions des autres clubs, évènements locaux ...)

Première utilisation :

Lors de la réunion de bureau du 6 juillet 2011, il été prévu à l'ordre du jour la présentattion du groupe CCEIR sur Formavia. J'ai donc expliqué a chacun : la procédure à suivre pour y accéder, le principe de fonctionnement, ce que cela pouvait apporter dans notre travail en commun et les différents outils à notre disposition (forum, blog, wiki ...). J'ai rédigé en direct le compte-rendu de la réunion, que chaque membre du bureau pourra, une fois inscrit dans le groupe, modifier, agrémenter, commenter.

Retour des membres du groupe suite à la mise en place :

Le groupe a été mis en place fin juin et la dernière réunion de bureau s'est déroulée le 6 juillet. Le compte-rendu a été fait en ligne, mais tous les membres du bureau ne sont pas encore en contact avec le groupe.


 

Les TIC en fil conducteur de la formation des futurs entrepreneurs (Accès: Lecture : Public)

le 1 Août 2011 par Lydie Roumeas   Commentaires (0)

Présentation de la formation :

Depuis 2003, j’anime des modules, conçois de nouveaux supports et cours, organise la formation et réfléchis à la pédagogie à mettre en œuvre pour la formation des futurs entrepreneurs dans le cadre de la formation IDECLIC (Financée par la Région Rhône-Alpes et le Fonds Social Européen). L’usage des TIC dans la formation a beaucoup évoluée.

Au départ, d’une utilisation principalement de production de document (Plan d’affaire, prévisionnel), la formation a évolué vers un usage plus direct des TIC en formation, avec la vidéo-projection de cours, pour à ce jour, intégrer le stockage des cours en ligne et le partage des documents sur l’extranet.

Les TIC ont aussi considérablement fait évoluer les modes de communication stagiaires / formateurs et stagiaires / organisme de formation.

Les inscriptions maintenant par internet via Prosper et Formanet (Extranet SICORRA de la Région Rhône-Alpes). Lorsque des pièces sont nécessaires pour l’inscription, le stagiaire les transmet très souvent scannées et par mail.

Les modifications de planning sont transmises par courriel groupé et sur l’extranet EFFI-K. Les questions antérieurement traitées au cours d’une intervention suivante du formateur ou par téléphone, sont traitées plus directement et rapidement par mail.

 

Intérêt des TIC dans le cadre de la formation

Nous constatons sur ces 10 dernières années une évolution très nette des TIC, dans nos groupes d’apprenants :

De plus en plus dotés de PC à domicile et d’un accès internet. Sur ces 2 dernières années, à chaque session de formation, au moins 50% sont équipés d’un PC portable et ce % s’accroit encore.

Sur l’utilisation du traitement de texte et du tableur : très peu n’ont jamais utilisé l’un ou l’autre et beaucoup ont appris l’utilisation dans l’usage régulier, néanmoins les demandes de formation persistent et évoluent vers un perfectionnement et une méthodologie pour structurer un apprentissage « sur le tas » des logiciels.

La navigation internet est devenue familière pour une grande majorité

Ces constats sont confortés par les chiffres de l’INSEE : 2 ménages sur 3 sont équipés, 6 français sur 10 ont accès à internet chez eux, 25% des internautes naviguent sur leur téléphone portable.

Le constat suivant, réalisé par nos partenaires de l’Espace Numérique en matière de compétences numériques des créateurs d’entreprises, est basé sur l’animation de stage d’installation ou de préparation à l’installation sur un panel de 250 personnes entre janvier et juin 2011 :

Le public créateur est faiblement formé sur le numérique mais a conscience de la nécessité d’intégrer ces éléments dans leur projet.

Une grande majorité des personnes ayant assisté à ces ateliers estiment important :

~       D’être sur Internet (site, annuaires ou médias sociaux),

~       D’avoir une adresse mail

~       De savoir chercher sur Internet et organiser et traiter les résultats

Mais ils ne savent pas comment se lancer et à qui faire appel.

Ils ont aussi besoin d’un accompagnement pour identifier de nouvelles opportunités :

~       Existence de services et outils numériques en ligne

~       Utilisation d’outils marketing pour développer les ventes et l’image de l’entreprise

Pour synthétiser :

Sur le plan matériel : un très bon taux d’équipement, qui nous amène actuellement à la question que faire d’une grande partie de notre parc informatique non utiliser ?

Sur le plan logiciel (traitement de texte et tableur) : une utilisation régulière d’une grande majorité, mais l’apprentissage « sur le tas » nous amène à revoir l’organisation même des modules pour toujours permettre l’initiation qui reste encore nécessaire pour une partie, tout en apportant la structure et la méthode qui permettront aux autres de se perfectionner et de gagner en efficacité. A cela s’ajoute la nécessité pour le formateur de gérer : différents logiciels (office et Open source) et différentes versions de ces logiciels.

Sur le plan des outils numériques en ligne (outils d’enquête en ligne, tableaux de bords, médias sociaux, stockage externalisé, veille, organisation …) : hormis les futurs entrepreneurs dont le projet se situe dans le champ du numérique, la plupart ne les connaissent pas et ne les ont jamais utilisé.

Sur le plan des outils marketing numériques (sites web, site E-Commerce, annuaires …) : un grand besoin s’est fait sentir dans ce domaine ces 2 dernières années. Cela nous a amené à trouver des intervenants neutres (qui n’ont rien à vendre) qui leur apportent une méthode, un vocabulaire et un minimum d’outils pour se préparer à la recherche d’un prestataire lorsqu’il est nécessaire dans l’activité d’avoir un site web, d’être sur un annuaire, de faire des e-mailing …. Nous faisons donc intervenir l’ENI (Espace Numérique Isère), qui a justement pour vocation d’être un espace neutre ouvert aux entreprises pour la maitrise de l’outil informatique au bénéfice de leurs activités.

Il est donc évident, d’une part pour l’aspect pédagogique, mais aussi pour l’utilité concrète pour nos futurs entrepreneurs, de leur apporter une culture numérique. Cela passe nécessairement par la formation de nos formateurs à la connaissance et à l’utilisation du numérique … d’où l’importance du C2I2E formateurs !

Identification des situations permettant l’usage des TIC

  • Lors des modules NTIC et NTIC / réseaux sociaux, au cours desquels ils apprennent les bonnes pratiques de l'utilisation : d'un ordinateur (présentation d'un ordinateur, utiliser un logiciel, créer un dossier, enregistrer un fichier ...), d'internet (explorateur, messagerie), des moteurs de recherches et des réseaux sociaux (atelier Réseaux sociaux : définition, présentation, organisation, utilisation et vigilance) => Domaine D1 du B2I adulte
  • utilisation simple d’un logiciel de traitement de texte pour rédiger un plan d’affaire permettant de présenter le projet au différents interlocuteurs (financement principalement, mais aussi franchiseur, fournisseurs …) => compétences D3.1, D3.2 et D3.3 du B2I adulte
  • L’utilisation simple d’un tableur, pour la réalisation du prévisionnel, mais aussi pour y préparer les futurs tableaux de bords de l’entreprise => compétences D3.1 et D3.2 du B2I adulte
  • L’utilisation d’une messagerie internet (se créer un mail, envoyer et réceptionner des mails), pour d’une part la communication au cours de la formation, préparant ainsi ceux qui ne sont pas des habitués pour un usage professionnel ultérieur. => Compétences D5.1 et D5.2 du B2I adulte
  • Recherche et veille sur internet dans le cadre de l’étude de marché, la connaissance des clients, l’analyse de la concurrence et le diagnostic local d’implantation, utilisation des sites de références (APCE, WIKIPEDIA, INSEE, INFOGREFFE, revue fiduciaire …), mis en oeuvre au cours de différents modules (en particulier : étude documentaire, étude de marché, prévisionnel financier, Juridique fiscal et social, obligations déclaratives et organisation administrative) => Domaine D4 du B2I adulte
  • Connaissance et d’outils numérique : stockage et partage de données sur l'extranet EFFI-K (compétence D5.2 et D5.3), organisation d’enquête en ligne avec Google docs (compétence D5.1), campagne d’e-mailing (publipostage dans le cours d'initiation WORD et dans l'atelier E-mailing du cours NTIC, compétence D5.1 et D5.2), organisation de réunion,=> domaine D5 du B2I adulte
  • Connaissance et mise en place d’outils marketing numériques : site web, site E-Commerce => domaine D5 du B2I adulte

Préparation et alternance des séquences TIC et non TIC

Au cours de chaque module, le formateur alterne entre :

  • le vidéoprojecteur, présent dans chaque salle de formation et qui permet de projeter le support de cours
  • le bon vieux tableau blanc et ses feutres effaçables, présent dans chaque salle et qui permet de garder une trace du plan du module, d’ajouter des commentaires, d’expliquer différemment des points présentés dans le support de cours projeté,
  • Internet, via le vidéoprojecteur, permettant d’agrémenter son cours de référence sur internet, d’outils disponibles

Internet et l’outil informatique en général est présent tout au long du module, de façon plus ou moins importante suivant le domaine d’intervention et la culture même du formateur.

Gestion des ressources matérielles et logicielles

Tous nos sites de formation sont équipés d’un accès internet filaire et les stagiaires ont aussi un accès WIFI (clé affichée dans les salles de formation). Ils disposent également d’ordinateurs fixes avec logiciel de traitement de texte et tableur, mais ceux-ci sont de moins en moins utilisés.

Les principaux incidents ou difficultés rencontrés sont :

~       Des difficultés de connexions internet qui sont généralement de courte durée, puisqu’un formateur gère tout l’aspect informatique et internet,

~       Des apprenants qui ont l’équipement mais pas les logiciels : dans ce cas il télécharge une version d’essai ou un logiciel Open source, avec l’aide du formateur.

Difficultés rencontrées avec les apprenants :

Les principales difficultés rencontrées se situent dans la disparité de niveau d’équipement et de culture :

  • Soit ils ne sont pas équipés et n’ont jamais ou presque jamais utilisé l’ordinateur et Internet (environ 8%) et demandent une grande disponibilité du formateur.
  • Soit ils sont équipés, utilise régulièrement l’ordinateur et internet mais sont formés sur le tas et manque donc cruellement de méthode et de structure et demande alors une grande mobilisation du formateur sur des points de perfectionnement.

Nos formateurs doivent donc tous maitriser l’outil informatique, les logiciels de traitement de texte et tableur, pour pouvoir s’adapter et répondre à chacun en fonction de son niveau. Ils doivent aussi se tenir à jour des évolutions, nouveaux outils …

Ils font appel également à notre prestataire informatique et surtout aux partenaires du réseau.

Une difficulté récente liée au très bon équipement des apprenants en pc portable, se présente régulièrement depuis 2 ans : de plus en plus prennent des notes directement sur ordinateur, mais certains en ont plutôt usage pour naviguer, répondre à leur messagerie instantanée ou classique. Ils se « déconnectent » du cours et du formateur et perturbent le déroulement du module en créant une forme d’agacement des autres apprenants, en posant des questions dont ils n’écoutent pas toujours la réponse ou qui a déjà été posé (voire plusieurs fois).

Le civisme dans l’utilisation de l’outil informatique est intrinsèquement lié au civisme général de l’individu. Il n’en reste pas moins que face à l’incivilité croissante dans les formations, cela fait un domaine de plus auquel le formateur doit se confronter … Peut-être (et même surement) un point à réfléchir et intégrer dans le règlement intérieur.

"Référencement, appropriation et usage des outils web 2.0 et des réseaux sociaux" (Accès: Lecture : Public)

le 1 Août 2011 par Lydie Roumeas   Commentaires (0)

outils, ressources, culture numérique

Lorsque je suis arrivée sur la plateforme ELGG de FORMAVIA, je me suis vite rendue compte que je ne connaissais que très peu d’outils et de réseaux sociaux. S’en était même effrayant tant l’Everest d’informations, de systèmes, d’outils semblait confus et vaste. Au cours de la réunion du 23/06/2011 à Andrézieu, j’ai été presque rassurée de voir que d’autres aussi se sont sentis « débordés ».

Faire parti des pionniers a été tout particulièrement enrichissant sur la découverte d’un certain nombre d’outils et de réseaux. Le tout dans un contexte de réseau et de collaboration.

 

De façon pragmatique, il ne faut pas vouloir tout comprendre, tout utiliser et tout maitriser. Il s’agit de repérer et s’approprier ce qui sera utile :

  •  Pour faciliter ou améliorer la relation au travail, dans une équipe ou en externe
  • Pour améliorer son organisation
  • Pour une meilleure gestion du temps
  • Pour communiquer plus efficacement ou de façon plus adaptée avec ses interlocuteurs
  • Pour s’assurer de la validité des informations 

Le premier travail consiste en un repérage « au fil de l’eau » de ce qui semble intéressant, une recherche plus approfondie pour en comprendre l’utilisation ou l’intérêt, une analyse des utilisations faites par d’autre.

 

Méthode utilisée :

1. Repérage « au fil de l’eau » des outils et réseaux : sur les portfolios des autres pionniers, après découverte de Slideshare via une présentation des outils web 2.0

2.   Recherche sur wikipédia, pour comprendre (pour la plupart) à quoi ils servent, quelle est leur histoire, leur fonctionnement, leurs « concurrents » ou « équivalents »

3.   Observation et analyse des sites : facilité d’utilisation, intuitivité, design, exemples …

4.   Classement par usage / utilité (cf. ci-dessous)

5.  Pour certain création de compte et même première utilisation  

Ci-joint le tableau de ce travail : 


DECODER LES CODES HTTP et CODES SMTP (A2.3) (Accès: Lecture : Public)

le 13 Juillet 2011 par Lydie Roumeas   Commentaires (0)

ressources

Voilà que votre navigateur web (Internet explorer, Firefox ...), quel qu'il soit, au lieu de vous afficher la page attendue, vous affiche une bête page blanche avec quelques lignes en anglais et peut-être un numéro.

"Bad gateway the proxy server received an invalid response from an upstream server"


La même expérience désagréable, arrive aussi parfois lors de l'envoi d'un mail. Un mail courriel vous revient en retour (plus ou moins vite) avec un charmant mot pas très clair en anglais et parfois un code. "Requested mail action not taken: mailbox unavailable"

Alors là vous n'êtes pas content, mais alors pas du tout !!!

 

Pas de panique, pas de panique : votre navigateur ou votre messagerie vous parle ... Enfin plutôt, vous envoie un code ... que vous n'avez qu'à décoder pour comprendre ce qu'il veut vous dire Clin d'oeil


1. Plus concrètement, dans le cas du navigateur, il s'agit d'un code HTTP (HyperText Transfert Protocol) : un code qui sert au dialogue entre votre navigateur et un serveur web. Le code à 3 chiffres correspond au message de ce dialogue : sur le site ci-dessous, vous trouverez on trouve en détail ce que signifie chaque code.

http://www.codeshttp.com/

Pour l'erreur 404, voilà le décodage :

 

 


2. Dans le cas d'un mail, il s'agit d'un code SMTP (Simple Mail Transfert Protocol) : ce protocole gère l'envoi des mails entre serveurs. Le code à 3 chiffres correspond au rapport de cet envoi et aux erreurs éventuelles : http://www.arobase.org/sos/erreurs-codes.htm

Pour l'erreur 450, le décodage est le suivant :


Sources :