Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?
Membre de l'équipe d'animation de FormaVia ; animatrice des communautés PraTIC et Formation et ODiDe
Télécharger en PDF Page lue par 1 membre(s) et 1456 affichage(s)

Travailler en réseau, travailler à distance (Accès: Lecture : Public)

le 5 Juillet 2011 par Olivia Vernier   Commentaires (1)

culture numérique

Sur FormaVia, travailler en réseau, c’est se créer un profil, établir ses contacts, s’inscrire aux groupes qui nous intéressent, publier des contenus et commenter ceux des autres.

Ce travail en réseau concerne à la fois les commanditaires, l’équipe d’animation, les membres des Cop, ceux des projets, les partenaires de FormaVia, et plus largement tous les acteurs du territoire qui travaillent pour la Formation, l'Orientation, l'Emploi.

 

Pour cela, il convient de

  • Partager l’information (droits d’accès publics, contenus en creative commons)
  • De se donner des RDV réguliers (merci doodle ! et l’agenda de FormaVia), avec un ordre du jour précis
  • De se retrouver sur skype, web-en-cam ou OVH car parfois cela coince
  • De publier les comptes-rendus et les faire valider collectivement

 

Cela amène quelques remarques / points de vigilance :

/!\ au langage écrit : la forme (ou son absence) peut déformer la pensée, établir un climat désagréable. Je m’attache à mettre les formes. Merci les smileys Clin d'oeil pour plus de convivialité.

 

/!\à la réactivité : comme on travaille tous ensemble si on ne répond pas assez vite, cela pénalise tout le monde. Et à la ponctualité : on a plus de mal à parler d’autres choses ou aller chercher un café quand on attend quelqu'un sur skype …


/!\ au déroulement, les objectifs doivent être préparés et partagés, sinon on perd du temps, personne n'est satisfait.

 

Globalement, c’est DD (dév. durable), le temps est optimisé, la tracabilité facilitée!

 

Conduite du changement au sein des organismes aussi ?

N'hésitez pas à commenter !

 

 

 

Ce qui compte toujours, en présentiel ou à distance, c'est la notion de présence aux autres, d'attention et de disponibilité : cela ne veut pas dire être tout le temps présent, attentif et disponible, mais savoir quand l'être.

Avec skype et les outils similaires, ce n'est pas tant le fait d'être connecté qui compte que de savoir qui s'affiche comme disponible : c'est la virtualité de la relation qui importe, savoir qu'on peut compter sur quelqu'un en cas de besoin, même si cela ne se concrétise pas, en voyant cette personne disponible (ce que traduit le statut de présence), compte infiniment plus que la simple connaissance "théorique" de cette disponibilité : savoir qu'on peut joindre quelqu'un par téléphone n'est pas la même chose que voir cette même personne connectée et disponible sur un outil commun.

Question de risque aussi peut-être : on est plus près d'essuyer un refus par téléphone ("vous me dérangez") que sur une messagerie instantanée qui a le mérite "d'annoncer la couleur" ("dispo"/"pas dispo").

En ce sens, ces outils de "co-présence" sont un facilitateur de lien social.

Florian Daniel le 12 Juillet 2011