Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?
Travailleuse indépendante. Activités dans le champ des usages sociaux du numérique. Formation, animation, accompagnement de projets.
Télécharger en PDF Page lue par 2 membre(s) et 2127 affichage(s)

A1.2. S’approprier différentes composantes informatiques (lieux, outils, ...) de son environnement professionnel: le choix Linux (Accès: Lecture : Public)

le 3 Août 2011 par Stéphanie Lucien-Brun   Commentaires (7)

projets

A titre professionnel, mon environnement numérique se compose:

- d'un poste fixe sous Ubuntu (version 11.04), lié à un disque dur externe utilisé de façon récurrente, pour les communications visio, etc.

- d'un ordinateur portable de secours (sous Ubuntu), pouvant être mobilisé dans le cadre de formation.

- d'un ultra-portable (sous Ubuntu), utilisé en mobilité.

La bascule sous Ubuntu a été décidée afin:
- d'harmoniser l'ensemble des stations de travail,
- de réduire les coûts d'acquisitions et de réconduction de licences,
- de mettre en convergence mes outils de travail avec les valeurs que j'essaye de mettre en oeuvre à titre professionnel (mutualisation, contribution, ouverture, ..).

Je gère, avec l'aide de membres de GULL (Groupe d'utilisateurs de logiciels libres), l'ensemble de ces outils et développe en permanence ma capacité à faire évoluer des outils via:
- une veille
- les forums, en cas de problème
- une exploration des ressources mise à disposition par les communautés.

Le bon fonctionnement de mes outils de travail est essentiel compte tenu de leur mobilisation conséquente et du besoin d'une stabilité et d'une fiabilité la plus pérenne possible.
Le passage sous environnement Ubuntu me garantit, pour l'instant, avec une attention portée aux installations et téléchargements, une certains protection contre les virus.

En terme d'entretien:

- de façon hebdomadaire je procède à une sauvegarde de mon poste fixe, le seul sur lequel des fichiers sont enregistrés (avec le disque dur externe)
- je suis l'ensemble des mises à jour, sur l'ensemble des mes postes
- je me rends à des Install party (organisées par le GULL) afin de continuer mon apprentissage technique

Mon environnement de travail

 

Redoutable... C'est ce que je me disais avant de commencer à lire ton dossier de preuve... Je vais lire la suite et en apprendre beaucoup

:-)

François Duport le 26 Août 2011

J'ai entendu parlé de UBUNTU il y a quelques années mais c'est la première fois que je rencontre quelqu'un qui travaille avec au quotidien.

Je serais intéressée si tu pouvait m'en parler lors d'une prochaine rencontre.

Sylvie BOULENGER le 30 Août 2011

Cela fait déjà au moins 2 pionniers sous linux.
J'ai de mon coté opté pour une autre distribution depuis une dizaine d'année (Mandriva)

Good

Olivier HOENIG le 12 Septembre 2011

Il faut dire que l'image d'un système complexe à mettre en oeuvre et de la ligne de commande omniprésente a bien changé en assez peu de temps - plus besoin d'aimer bidouiller pour utiliser linux, c'est même sans doute plus simple pour les "nouveaux arrivants" que d'autres systèmes.

La seule difficulté qui reste est sans doute de "faire le pas" : choisir une distribution n'est pas évident a priori, vu le choix !

Florian Daniel le 12 Septembre 2011

Il existe sous Ubuntu une "passerelle" qui permet de faire tourner un certain nombre d'applications initialement réservée Windows. Elle s'appelle WINE.

Il s'agit donc de "trouver" si ces logiciels 3D "passeront".

Par ailleurs, de plus en plus de logiciels sont conçus pour fonctionner sous distributions Linux.

Une migration se "prépare" et, pour cela, il peut être intéressant/important de se rapprocher d'un GULL (Groupe d'utilisateurs de Logiciels libres) ou d'une société de services en Logiciels libres, selon que c'est un contexte personnel ou professionnel pour échanger autour de cela.

J'ai mis du temps à franchir le pas, j'ai eu la chance de trouver les bons appuis et c'est un changement dont je suis vraiment satisfaite !

Stéphanie Lucien-Brun le 12 Septembre 2011

Il existe pas mal de choses qui permettent de tester ou de travailler en environnement mixte :

  • des "live CD" (ou DVD), qui permettent de tester un système et diverses applicaitons sans rien changer sur sa machine (et le cas échéant la compatibilité de son matériel lorsque cela concerne de vieilles machines) : le principe est généralement de démarrer l'ordinateur avec le CD qui se charge en mémoire vive mais sans toucher au disque dur - c'est parfait pour tester les différences entre les diverses distributions notamment ; certains CD peuvent également être lancés directement depuis Windows ou MacOS ;
  • des logiciels de "virtualisation", notamment ceux en versions gratuites, existent pour tous types de systèmes ou presque, et permettent de "faire tourner" les programmes d'une autre plateforme: cela permet donc depuis Windows, Mac ou Linux (et d'autres), de tester pour ce qui nous intéresse ici différentes distributions linux, ou d'autres systèmes et versions. Ces logiciels fonctionnant sous tous types de systèmes, on peut ensuite les utiliser dans l'autre sens pour faire fonctionner ses logiciels windows en l'occurrence, sous linux (résultat garanti : jamais un PC ne démarre aussi vite que dans ce genre de configuration !-)
  • enfin, ce qui est d'ailleurs souvent le cas dans des salles de formation et des espaces publics numériques, l'utilisation d'un "dual-boot", c'est à dire en ayant les 2 systèmes (ou plus d'ailleurs) installés côte à côte, et en choisissant au démarrage lequel utilliser.

 

L'inconvénient du live-CD est que c'est très transitoire, faute de pouvoir enregistrer ses modifications sur le support de démarrage ; ou alors il faut prendre des habitudes de travail avec disque externe ou clef USB - ou encore ne pas avoir de besoin d'installation de logiciel et travailler principalement en ligne. Bref, pratique pour tester, mais trouve vite ses limites.

Le dual boot présente de nombreux avantages, notamment parce que chaque système dispose de son propre espace et ne risque pas de poser de problème de compatibilité. Cependant on ne passe pas très rapidement d'un système à l'autre (il faut redémarrer la machine).

Les solutions de virtualisation ne sont pas les plus optimisées, dans la mesure où on fait fonctionner un système au sein d'un autre système d'exploitation, toutefois elles présentent l'avantage d'être très souples à l'usage, et de pouvoir utiliser un nombre plus important de systèmes différents simultanément.

Dans tous les cas, dès lors que l'on utilise un environnement hétérogène, il faut s'intéresser aux formats de fichiers (on va très vite chercher ce qui fonctionne le mieux sous les 3 principaux systèmes - Widowsn/MacOS/Linux), et aux solutions de stockage des documents (que ce soit en ligne, en local ou sur des supports amovibles, la configuration choisie a de fortes chances de développer l'usage d'un espace de travail partagé entre plusieurs systèmes).

 

Personnellent, je conseillerais d'abord un live-CD (sur disque réinscriptible) juste "histoire de regarder 5 minutes avant tout", et de jeter un coup d'oeil à quelques distributions les plus populaires.

Ensuite, de tester sa configuration via une solution de virtualisation (j'utilise virtualbox mais il y en a d'autres)

et enfin, d'installer la distribution retenue et d'utiliser une solution de virtualisation pour pouvoir continuer à utiliser ses programmes windows non disponibles sous linux - OU l'option dual boot, surtout si plusieurs personnes utilisent la même machine, pour ne pas perturber ceux qui ne souhaitent pas changer.

Florian Daniel le 12 Septembre 2011

Florian,

Lors de la migration de mon 1er poste sous Ubuntu, j'ai choisi de garder un doiuble-boot, et puis je me suis rendue compte qu'en fait, je n'allais jamais sous Windows. Donc sur le dernier poste migré, poste d'assemblage, je suis "en direct".

Je te rejoins sur le fait que c'est bien de "voir avant" ce que cela donne, sur l'intérêt des échanges avec des utilisateurs en capacité de partager la réalité des leurs usages et sur des tests.

Dans un 1er temps, j'ai déja commencé à utiliser le maximum d'applications libres ou compatibles LL sous Windows et après cela m'a rendu (psychologiquement) la notion de "changement" beaucoup moins importante..

Bon, mon souci reste que maintenant j'ai besoin d'adaptation dans l'autre sens, mais comme pour tout changement d'interface.

Stéphanie

Stéphanie Lucien-Brun le 12 Septembre 2011