Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?
Adhésion au groupe : Accès libre
Visibilité : Lecture : Public
Accueil de FormaVia, forum d'entraide, suivi des feedbacks et questions-réponses (FAQ)




La professionnalisation des acteurs : sujets et modalités de formation   Lecture : Public, Modification : Public

Télécharger en PDF Page lue par 3 membre(s) et 2982 affichage(s)

Dernière mise à jour le 28 Octobre 2010 par François Duport

Rapporteur : François Duport

Co-rapporteur : Rébecca Chappe

 

Modalités d'animation :

-> objectif : construire la programmation sur les territoires pour l'année à venir

(combien de rencontres, rôle des acteurs, modalités de formation, échanges de savoirs et d'expériences pour progresser en termes de compétences numériques)

,

doc de travail


Au regard des échanges, le terme « compétences numériques » recouvre des représentations différentes en fonction des acteurs. Il devient nécessaire au préalable de définir les produits existants pour les professionnels et le grand public (voir la carte homo numericus http://cmapspublic.ihmc.us/servlet/SBReadResourceServlet?rid=1209485251665_1941966489_4017&partName=htmltext) :

Les professionnels : les formations aux numériques dans le secteur de la formation professionnel ont pour objectif d’acquérir des compétences pour mettre en place et/ou animer des dispositifs de FOAD ou de e-learning. Il n’existe pas de formation généraliste comme dans la formation initiale ou supérieure avec le C2I de niveau 2.  Ce certificat pourrait être prochainement étendu au mon de la formation continue. 

Le grand public : il existe de nombreux dispositifs européens (PCIE : Passeport de Compétences Informatique Européen), national (B2I adultes, PIM) et régional (Visa Internet en Bretagne et région Centre ; TIMP@SS en Nord-Pas-de-Calais). Les référentiels sont différents d’un programme à l’autre (voir carte).  

 A la lecture des contributions, il convient de mettre en place un dispositif régional clair avec des mesures d’accompagnement et des obligations. Les échanges de cette table font écho aux échanges ayant eu lieu sur les autres tables.

Préambule

Une hypothèse de travail est d’intégrer la culture numérique, à l’instar du développement durable, dans toute la programmation formation de la région. Pour atteindre cet objectif, il convient de professionnaliser les acteurs afin d’intégrer les pratiques dans un contexte professionnel.

Les deux premiers  tours de table ont échangés sur le marché grand public et sur les freins à l’acquisition des compétences numériques par les professionnels. Les suivants ont proposés des solutions opérationnelles.

Résultat de l’enquête

Freins et préalables

Faire monter en compétences numériques tous les professionnels du secteur semble illusoire. Dans certains organismes, certains formateurs n’ont pas le niveau B2I adultes (ADEA). Cela nécessite de mettre cet objectif des plans de formation en interne. Et cela ne suffit généralement pas. Il faut des mesures incitatives très fortes.

La première étape passe par le volontariat… Mais on arrive vite aux limites. Les précurseurs se fatiguent. Pour certains, la première étape passe par l’acquisition des compétences à titre personnel avant de passer au professionnel. En tout état de cause, cela doit offrir un avantage concurrentiel pour les acteurs s’engageant dans cette voie.

Ce programme nécessite un diagnostic précis au préalable. Il faut aussi faire  émerger les besoins des formateurs et des formés.  Comment lever les freins ? L’introduction du numérique modifie les pratiques. De nombreux formateurs sont des précaires. Comment intégrer la formation aux compétences numériques au temps de travail du formateur ? Comment financer la formation ? La piste des OPCA a été évoquée.  Il faudrait que l’obtention du label « compétences numériques de type C2I niveau 2 est une valeur sur le marché du travail (marchés de la formation continue). Cela doit être mise en place de façon pérenne. C’est un investissement pour les organismes de formation, comme pour les formateurs

Plusieurs organismes ont investi dans le PCIE (très orienté bureautique) dont le coût de licence est de 10 000 euros. La question est de savoir s’il est désormais nécessaire de s’orienter vers le B2I adulte. Bruno Oudet propose de développer un PCIE open source. Une autre proposition est de faire comme d’autres régions en mettant en place un certificat régional.  Doit-on faire le choix entre PCIE et B2I adulte (CFPPA) ? En clair, les organismes attendent une orientation claire de la région pour se positionner sur ces marchés.

Démarche proposée

En faisant la synthèse des contributions, on peut proposer une fusée à quatre étages :

1/ Un programme de sensibilisation et de communication aux enjeux (public cible : directeur d’établissement, responsable EPN, élus…) présente  les objectifs de la région en matière de compétences numériques pour créer l’impulsion.  Ce programme de communication permettra de présenter l’outil de positionnement (avec des profils types et plusieurs scénarios d’usage).

 

2/ La région propose un système de label digital (reprendre des démarches de type label qualité ou label H+) nécessaire pour les structures désirant dispenser le B2I adulte. Les structures concernées sont les organismes de formation et les EPN de Rhône-Alpes. Quand la structure décide d’acquérir ce label, la région met à disposition une boite à outils :

·         Outil de positionnement et auto-positionnement

·         Outil de diagnostic RH

·         Micro-contenu et modules d’autoformation

·         Portail de ressources

·         Soutien logistique

·         Outils d’accompagnement au changement (accompagnement consultant)

·         Formation de formateurs + ePortfolio pour la certification

·         Certification

·         Bonus en équipement

·         Soutien de proximité

·         VAE pour le C2I avec ePortfolio de certification

L’objectif est que 30% des formateurs passent une certification de type C2I niveau 2 avec un référentiel de compétences numériques adapté au secteur de la formation continue. La démarche s’étale sur plusieurs années et donne lieu à un accompagnement.

3/ Les personnes ayant le niveau deviennent des référents numériques pour leur organisme et pour le territoire de proximité.  Ils participent à la construction et la diffusion de ressources. Une cartographie (géolocalisation) des acteurs permettrait de repérer les personnes ressources comme personne référents et pairs. Il faut favoriser les échanges de services entre OF et EPN (formation) et pousser le développement de partenariats de proximité. Cela permettrait de créer un réseau de référents  sur les territoires et dans les organisations….

4/ Les ressources : Les micro-supports doivent être construits en liaison avec l’outil de positionnement et doit être aussi accessible au grand public. Il faut produire ou utiliser des supports interactifs (video, etc.). L’ensemble servira de base de contributions pour former les formateurs avec mutualisation des ressources et des scénarios pédagogiques.

François Duport le 6 Décembre 2010